Lundi soleil – juin – Dans la rue – 4/4

chez   Bernies 

Toujours dans la rue avec Bernies. Pourquoi ? parce que !

Il m’est revenu une chanson qui n’a pas eu un succès fou qui s’intitulait « Dans ma rue » d’un chanteur perdu maintenant dans les abysses de la variétés. Les paroles étaient sublimes de simplicité.

et pour faire bonne mesure un groupe illustre inconnu sur une place au Mexique.

le mot mystère – saison 2 – 41/ 21

pour le lundi 5 juillet

Non vous ne rêvez pas je dis bien pour le lundi 5 juillet puisque je pars en week-end. ce sera le dernier mot de la saison 2 ; dès le lundi 5 septembre nous démarrerons la saison 3;

En attentant vous avez 11 lettres pour interpréter les songes ; car oui c’est une science.

I I I E O O T R R C N

Amusez-vous et prenez soin de vous

la semaine prochaine vous aurez le dernier mot pour cette saison. retour le 6 septembre avec encore des mots mystères.

Mot Mystère – saison 2 – 40/21 – – les liens

le dimanche 27 juin

par les temps qui courent, il vaut mieux être immunisé… Je vous offre 16 lettres pour trouver l’immunisation par injection de produit toxique avec des doses de plus en plus forte. (exemple : la désensibilisation au venin de guêpe)

M I T H R I D A T I SA T I O N

▷ Betty Boop : images et gifs animés et animations, 100% gratuits !

ont été vaccinés

Covix Nadir

Ghysou Julia

Jazzy : clic

Jill : dare dare anti dard

Martine Tortue : entre potes

Zaza Rambette : clic

Si j’ai oublié l’un d’entre vous n’hésitez pas à me rappeler à l’ordre

A demain pour un nouveau mot mystère

Tableau du samedi – saison 2 – le pointillisme

Pas nécessaire d’être peintre, ou critique pictural. ici nous proposons un tableau on explique avec ses mots, on développe ou pas, on présente l’artiste ou pas . L’essentiel c’est le partage de votre ressenti.

Georges Seurat et Paul Signac sont des maîtres et instigateurs dans cette technique qui rejoint l’Impressionnisme. Il y a pourtant d’autre peintres qui se sont laissés tenter par les petits points.

J’ai choisi pour cette dernière semaine une peintre belge THEO VAN RYSSELBERGHE que je découvre et cette toile intitulée

« la promenade »

Théo Van Rysselberghe1, né à Gand le 23 novembre 1862 et mort à Saint-Clair au Lavandou  le 13 décembre 1926, est un peintre belge, connu pour avoir été l’un des principaux représentants du divisionnisme en Belgique. La famille Van Rysselberghe fut très proche d’André Gide dont la fille naturelle Catherine est la petite fille de Théo. Pour en savoir plus notre ami Wiki est à votre disposition.

VOS LIENS :

si j’ai omis l’un d’entre vous n’hésitez pas à me le signaler.

Pour la semaine prochaine le thème est libre. Vous pourrez bien sûr publier tout l’été selon vos goûts.

Retour le 4 septembre pour une saison 3

A tout bientôt

La quintessence de la sapience – saison 3 – juin –

Vous connaissez des expressions anciennes ? Vous en connaissez des rigolotes, des savoureuses, des savantes fleurant bon notre France ? N’hésitez pas et joignez vous à nous et publiez le jeudi avant 12 h

FAIRE PORTER LE CHAPEAU

Porter le chapeau se dit d’une personne tenue pour responsable d’un délit, bien souvent accusée à la place d’une autre. Pour comprendre les origines de cette expression très imagée, il faut remonter au XVIe siècle.

À cette époque, le terme chapeau était lié à la réputation d’une personne. Première indication sur le statut social, le chapeau représentait déjà plus qu’un simple accessoire. Il permettait de définir à quelle couche de la société son propriétaire appartenait.
Le siècle suivant vit apparaître le premier sens de l’expression. Mettre un chapeau à quelqu’un signifiait médire sur cette personne, nuire à sa réputation.

Il aura fallu attendre le XXe siècle pour voir naître l’expression que l’on utilise encore aujourd’hui : porter le chapeau. Même si l’accusation portée se révèle fausse, le nom de la personne s’en retrouve sali. La notion de calomnie est d’une certaine façon conservée.

Le sous-entendu selon lequel la personne accusée paie le prix fort à la place de quelqu’un d’autre est très important dans cette expression. À l’époque de son apparition, les classes populaires portaient des casquettes et non des chapeaux. Dans l’esprit des gens, une personne incriminée est souvent lésée par quelqu’un de plus haut placé, avec des responsabilités et un statut social important. Quelqu’un qui a les moyens de porter un chapeau et d’être au-dessus des lois.

Ne dit-on pas d’ailleurs également : « faire porter le chapeau » ?

Chez mes aminautes

Bonjour les expressions : Chercher des noises

Monica-Breiz : Tailler une bavette cela me rappelle des souvenirs

Zazarambette :se regarder le nombril j’adore

Martine-Tortue : peu ou prou s’emploie plus trop souvent

Anne Marie : à tire – larigot j’employais souvent l’expression

.

A tout bientôt