Mot Mystère – saison 2 – 21/21- texte et liens

H Y P O C O R I S T I Q U E qualifie les petits noms familiers que l’on donne à ceux qui nous sont chers

ont recherché donner des petits noms gentils

mon texte : La tique et le criquet

Une tique méchante comme une teigne s’accrochait à une branche de roseau. Un criquet, tranquille sifflait sa chanson d’amour à une belle installée un peu plus loin sur un piquet de l’enclos de la chèvre du père Seguin.

Soudain sans savoir pourquoi, la tique s’approcha, s’adressa à lui en ces termes

  • Hé vieille croûte tu sais que tu es sur mon territoire ?
  • Ah c’est un nouveau petit nom ? un genre hypocoristique ?
  • Hypo quoi ? ristique toi-même. Moi je suis tique ! et je ne ris pas !
  • Ah bon mais ce coin est à tout le monde, et puis…
  • Non c’est chez moi et tu dégages. Secrètement amoureuse du criquet, la bestiole rêvait de lui ressembler et de lui sauter sur la croupe ! las, la carapace était dure.
  • Oh la la quelle courtoisie ! Ecoute, non mais tu t’es regardée, tu ressembles à une potiche !
  • Une potiche moi ! Toi aussi tu es coristique ! Moi qui rêve d’être aussi beau que toi ! D’ailleurs regarde, je me gonfle, je m’enfle, je grossis à vue d’œil.
  • Ah ben non c’est de la triche. Tu n’as pas d’aile, pas de mandibule, des pattes courtaudes et un corps de mammouth… Désolé mais aucun postiche ne pourra faire l’affaire. Allez, retourne à ton pucier et laisse-moi chanter ma chanson des tropiques. J’ai une petite criquette sur le feu et je ne compte pas la laisser s’en aller. Elle poirote depuis un bon moment. Je veux la biquer, la picoter, avant qu’elle ne fasse une crise de nerf. J’ai repérer un champ de poires et je comptebien lui en faire déguster quelques-unes.

Mordue à vif, ce qui pour une tique est un comble, d’être traitée de puce, elle s’en alla en creusant le dos en cyphose l’avait surprise, retourna sur son roseau, jalouse comme un pou de ne pas avoir trouvé chaussure à son pied. Le premier chien qui passe, elle lui tombera dessus !

Du Coté de chez Ma’ – hiver – 3/52

Du coté de chez Ma’

Cette semaine c’est bien une de mes photos. je l’ai prise au Chili, Valparaiso; il y a maintenant deux ans. Accrochées au réverbère des pancartes de destinations.

Et puis il a aussi les réverbères auxquels les jeunes amoureux accrochent des cadenas…

La descente est vertigineuse pour qui veut rejoindre la mer tout en bas; Il faut dire que Valparaiso est construite sur des collines.

tableau du samedi – 4/21- La toilette

Pas nécessaire d’être peintre, ou critique pictural. ici nous proposons un tableau on explique avec ses mots, on développe ou pas, on présente l’artiste ou pas . L’essentiel c’est le partage de votre ressenti.

J’ai choisi une toile de Nicolas Régnier peintre français né à Maubeuge 1591 et mort à Venise en 1667.

Nicolas Régnier, dit Regnier ou encore Niccolò Renieri est un peintre baroque influencé par le caravagisme qui a peint une grande partie de son œuvre en Italie, d’abord à Rome puis surtout à Venise. Son lieu et son époque de naissance font de lui un homme à double culture, des « peintres du nord »  si vous souhiatez en connaître plus sur ce peintre je vous invite ici .

Cependant je ne résiste pas à cette toile de Gustave Caillebotte grand peintre impressionniste passionné avec son frère de photographie.

Gustave Caillebotte : Femme à sa toilette (1873)

Vos liens

J’ai toujours des soucis de connexion. Je n’ai pas encore la fibre et dans mon coin paumé de Haute Marne, l’ADSl reveint à un bas débit. Très long pour produire un billet. N’oubliez pas de me signaler si j’oublie quielqu’un.

La fibre sera installée mais il faut encore attendre….

Bises à Tous

Lundi soleil – janvier pour l’argent

chez   Bernies  – 

Bernie veut de l’argent mais comme disait Bécaud : des sous je n’en ai pas. Une belle photo fera l’affaire et je dis tout de suite que bien évidemment je n’en suis pas l’auteur. Et pourtant j’y suis allée…

crépuscule en Antartique

Mot Mystère – saison 2 – 21/21 –

Pour dimanche 31 janvier

Vous aimez donner des petits noms à vos proches. Il vous arrive d’appeler votre enfant « mon lapin » ou votre chienne  » ma fifille » ou « mon trésor »

vous allez devoir à l’aide de 14 lettres, rechercher le terme qui exprime cette tendresse, cette douceur affectueuse.

E I I O O U Y H C R Q T S P

amusez vous bien

▷ Betty Boop : images et gifs animés et animations, 100% gratuits !

Prenez soin de vous

Mot Mystère – saison 2 – 20/21- textes et lien

A M E L A N C H I E R petit arbuste

ont recherché dans leur petite flore

mon texte

Allongé sous un amélanchier, sur la couverture en carmeline de vigogne, je vis approcher Marceline. Elle flânait sur le chemin de la petite abbaye en ruine. Nous appelions ce coin la Machine verte sans que personne ne connaisse l’origine de cette appellation. Il y a si longtemps que je ne l’avais vue.

 Je me revis, une bonne quinzaine d’années plus tôt, ici même, tenant la main de Marceline. Toute notre bande de copains, allions à la Machine verte en chantant des refrains appris en colo de vacances. Cette année, nous irions tous au collège ; notre fine équipe allait se disloquer. Jamais plus, nous ne partagerions nos trésors de friandises ; caramel, bonbons, chocolats comme chantait Annie Cordy.

Je me souvins de ce dernier jour ; Marcel, jumeau de Marceline passionné par les pierres avait ramassé une analcime. Nous nous étions moqué de lui profitant de cette hilarité pour voler un baiser à Marceline. Mon cœur de pré-ado s’était enflammé. Je revis sa petite robe rouge carmin à pois blanc et noir, qui découvrait des genoux un peu écorchés couronnés de mercurochrome. On aurait dit des coquelicots. Je me souvins de l’anarchie de mes sentiments et des frissons qui me firent trembler.  Avec un petit câlin, elle dit dans un souffle qu’elle n’irait pas au collège, qu’elle partait en école de danse à Lyon puis ensuite peut-être à Paris.

Tout se fondait et se confondait dans ma tête… Anne qui m’avait quitté, la semaine dernière, Marceline…

tableau du samedi – La toilette

Que ce thème est riche et plaisant… Merci Fardoise !

J’aurai pu choisir la belle toile de Berthe Morisot, mais il semblerai (c’est même sûre) que je sois trop connotée Impressionisme. Alors j’ai cherchéet j’ai trouvé ! Van Eyck.

L’œuvre est une scène de toilette. Deux femmes sont représentées. Le sujet principal est la femme située au centre géographique du tableau. Elle est vue en pied et se tient face au spectateur. Elle est nue et fait sa toilette. Sa main gauche tient un linge qu’elle tient sur son sexe. Sa main droite se situe au-dessus d’une petite bassine posée sur un meuble en bois. À sa gauche, une autre femme vêtue d’une robe rouge attend. Elle tient dans les deux mains un large tissu1.
La scène se déroule dans le cadre d’un intérieur visible au plancher en bois, au mur percé d’une fenêtre et aux quelques poutres supportant le plafond. Quelques meubles sont visibles, dont celui qui soutient la bassine 2. Au-dessus, sur le rebord de la fenêtre, un miroir convexe est posé et présente le reflet des deux personnages1.

After van Eyck Woman at Her Toilet (MA).jpg

Huile sur bois vers 1434.

Mes excuses pour le retard le billet était resté en brouillon §