« La main dans le sac ! »


Où l’on fait la connaissance d’un roi qui fait le ménage.

Gilles Berthelot est un homme riche. Vers 1510, sa charge de trésorier de France lui donne les moyens de concrétiser son désir de prestige. Le voilà qui achète un château sur les bords de l’Indre ! Mais la forteresse en question, Azay-le-Rideau, est un peu trop médiévale à son goût. Il va la transformer radicalement…

azay le rideau
Château d’Azay-le-Rideau, photo : © Léonard de Serres / Centre des monuments nationaux

Finis les épais remparts défensifs, place à ce qui se fait de plus raffiné ! En pleine Renaissance, la mode est à l’architecture italienne, avec des façades décorées et percées de grandes fenêtres.
Pour mettre son château au goût du jour, Berthelot ne lésine pas sur les dépenses. À la place des escaliers en colimaçon du Moyen Âge, il fait construire un majestueux escalier droit, l’un des premiers exemples français à nous être parvenu.

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr

Sauf que le plan du bâtiment, en « L », peut surprendre quand on connaît la passion de la Renaissance pour la symétrie. Comme beaucoup de châteaux renaissants, il aurait dû avoir une aile en plus pour former un plan en « U ». L’explication derrière cette aile manquante serait politique…

 

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
Vue aérienne du château d’Azay-le-Rideau, photo : © DR

En 1527, le roi François Ier fait un grand ménage parmi ses financiers. Effectivement, certains d’entre eux n’ont pas seulement rempli les caisses de l’État : ils ont également garni leurs poches au passage. Condamné, Berthelot est déchu de ses fonctions. Il s’enfuit, laissant en plan son épouse et le chantier de son château inachevé !

Au fil des siècles, les propriétaires successifs ne toucheront plus au plan en « L ». Aujourd’hui, Azay-le-Rideau est considéré comme un joyau de l’architecture Renaissance !

Vous n'arrivez pas à voir les images ? Contactez-nous sur jean@artips.fr
Anonyme, Portrait de François Ier, XVIe siècle, huile sur toile, Château d’Azay-le-Rideau, photo : © Patrick Müller / Centre des monuments nationaux

Pour en savoir plus :

Un « diamant taillé à facettes, serti par l’Indre… » Voilà comment, au XIXe siècle, l’écrivain Balzac émerveillé évoquait le château d’Azay-le-Rideau.

Aujourd’hui, ce château digne d’un conte de fées sort d’un vaste chantier de restauration  orchestré par le Centre des monuments nationaux. Depuis le 7 juillet, le public peut ainsi redécouvrir cette merveille architecturale située au cœur du Val de Loire, lui-même inscrit au patrimoine mondial de l’Unesco !

source : Artips

 

Un commentaire sur « « La main dans le sac ! » »

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s