les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Les Croqueurs de môts 176 – Au théâtre

10 Commentaires


Le Capitaine de notre coquille de noix fait sa Commandante et nous demande un machin, un truc, une histoire qui fait rire alors je vous propose : 

Pour les ceusses qui ont envie d’yaler au thiâtre pour Nôyel !

les croqueurs

 

Ah ben mes fenots et mes fenottes, je vas vous espliquer la toute première fois ousque je suis été au thiâtre. Enfin pas la toute première car avec les z’amateurs et z’amateuses du saint Georges, j’avais suivi les copains. On jouait à l’époque Napolion, l’empire et les Cent jours. On voyait le M’sieur Napolion, Madame Napolion, le général Bartrand et toute la clique ! mais c’était pas eusses, c’était sensément eusses tout en étant pas eusses… Madame Napolion, c’était la grande dévideuse de la rue de la Grand’Côte que faisait le rôle. Ah la mâtine, elle imitait bien et elle avait bonne façon ; elle se guignait à droite, elle se guignait à gauche ! non non trop drôle !

Mais breffons là, ma catolle, concierge rue des Trois Maries, y voulait courir au thiâtre mais au grand thiâtre là ousqu’on joue de la musique et ousqu’on chante… J’ai laissé donc mon tablier de gnaffre et elle a fermé sa loge pour aller guigner une belle pièce au grosopéras… enfin qu’y soye gros ou menu, ça m’est bien égal autant que mon premier caneçon. Y était en vogue c’te pièce, une italienne pas une pièce de taffetas ou de velours rouge, non  non du Reverdi c’est tout nouveau sauf que des Reverdi y en plein à Lyon à Saint Jean… Y quèque temps y ont joué la Dentition de Faust. Ho là là des charlatans ceusses qu’on inventé ça.. Mais ya pire ! La Salomé, un gourgandine que mets sont gros cannant dans la fose d’aisance et pis que va danser le caquevaque avec des serpillière autour su ventre… En voilà de drôles… cela vaut pas les pièces d’autrefois… La nouveauté, ci bas, le Trou ouvert, que ce soit le trou ouvert ou le trou fermé, je m’en bats l’œil.

Revenons à mes moutons, quand on peut pas avoir des bonnes places réservées vaut mieux y aller et faire le pied de grue… On attend et on reste pique-plante ! Quand on est las sus une piotte, on se met sus l’autre on se tient sur les deussses ou bien à cacaboson

Je commençais à avoir faim, rien dans la bredouille depuis plusieurs heures. Manquait plus qu’il tombe une singotte et onsque serait tout bassouillé. Heureusemnet ma fenotte était bien précautionneuse, elle avait bourré le panier à deux couvêcles ; du gigot z’à l’ail, des rondelles de Jésus, un restant de haricots salade et du tommeux fort avec un tasse de grattons et un beau hareng sauret. De quoi se benouiller les boyaux et se rincer le corniaulon… par égard pour les sensibles, je ne vous donnerai pas la recette du jus de coco mais elle en avait ben fait deux litres, pis un coup de Beaujolais. Comme je ne voyais qu’un bout de guichet et point de porte, je me demandais bien comment ma colombe allait passer avec ses cotillons et le panier ! Finalement on me dit ousqu’il fallait prendre les billets. On voulait que je prenne un billet de  parterre mais non merci ;  j’en avais  déjà pris un hier en descendant la Grand’Côte , je m’étais fait peter le temple sus la cavette et pis, que même le coquard était tout bleu et noir. Alors l’employé a dit : là haut au poulaiyer ! pas confiance ! je me disais ousqu’on va nous fourrer ! on tiendra jamais là ousqu’on mène coucher les poules !!! ma fenotte ne teindra pas sur un perchoir, elle debaroulera surtout qu’avec ses galoches, elle tient pas sur ses guibolles.

Ah mes aieux, on était assis sus des grands degrés sus le bout des pieds de ceusses que sont derrière vous ; Alorsse quand y z’ont besoin de remuer les z’arpions, ça vous grabotte.

Enfin, on voit toute la salle. Et c’est bien, par devant la scène pis tout l’orchestre. Mais les musiciens sortent par des trous dans le plancher comme des petits rats. Et là j’ai jamais vu tant d’instruments… j’ai vu un grand placard avec un menuzier caché derrière pour le faire marcher puis les plus petits qu’on essayait de scier sans y parvenir ; d’autres qu’on avale et qu’on recrache à vous désampiller les boyaux ! ah àa ramone la gargotte ce machin là.. Mais le mieux c’est un pique en peigne ; on le graffigne tout le temps ; il parait que ça s’appelle une arpe parce  qu’on le fait marcher avec les arpions. Tous ensemble ça cigrolle !

Vous pensez bien que j’ai rien compris à la pièce ! Les grosopéras  ousqu’on chante sans cesse on comprend rien à ce qui disent. Heureusement, il y a de arrêtes.. Des anthraxes… c’est là le plus drôle. Avec la fenotte on en a profité pour casser la croûte. Mais quand elle a les séchoirs sa tartine de fromage fort et gras, sur le crâne chauve d’un bonhomme en costume de pingouin, on ne se tenait plus les côtelettes ni l’ambuni . Surtout que plus y voulait frotter plus y étalait et plus le parfum se répandait ! y avait beau se licher les doigts rien à faire !

Ah mes aïeux, si vous allez au thiâtre, allez au poulaiyer, c’est le meilleur coin pas pour vos darniers mais pour s’éboyer !

Et pour les ceusses qui ont du mal à comprendre le patois lyonnais un glossaire :

Ambuni           nombril, ventre, estomac

Bassouiller      être mouillé

Bassouiller      jouer avec de l’eau

Benouiller       se mouiller avec de l’eau sale

Bredouille       ventre, bedaine 

Cacabozon      accroupi

Caneçon          caleçon

Catolle            Bigote  ou personne lente, un peu niaise.   

Cigroller         secouer violemment

Corniaulon      œsophage

Darnier           les fesses ou le derrière

Débarouler     tomber en rouant

Désampiller    déchirer

Dévideuse       métier de tissage

Fenotte           femme aimable

Gnaffre           tablier de savetier

Graffigner       égratigner

Guigner           remuer, bouger

Piotte              jambe

Pique en peigne terme de canuts

S’éboyer          rire

Singotte          averse

10 réflexions sur “Les Croqueurs de môts 176 – Au théâtre

  1. Un texte plein de gouaille. Bravo pour la performance. Il me manquait du vocabulaire à la première lecture. Merci pour le lexique final. Bon lundi.

    J'aime

  2. bel article ! bon lundi ! biz

    J'aime

  3. Ah le poulailler la place de la populace disait-on autrefois… 😉 merci… JB

    J'aime

  4. Et bien heureusement qu’il y a la traduction! excellent texte. Bisousssss

    J'aime

  5. Bravo pour la performance , j’ai bien ri , le vocabulaire est génial je retiens pour la harpe , pique en peigne .
    Bonne fin de journée
    Bisous

    J'aime

  6. j’aime la gouaille des patois et ton texte, qui mérite attention m’a bien fait sourire. Il y manque juste la voix de la conteuse
    bises et belle soirée

    J'aime

  7. quel vocabulaire !! heureusement on a la traduction-
    un chouette article ! ça donne envie d’y aller mais avec toua !!
    bisous- bonne soirée-

    J'aime

  8. Quelle rigolade, ma chère ! mais heureusement qu’il y a le glossaire, car j’ai planté qqs fois !
    Manger le pâté au grosopéras : c’est le pied ! surtout au poulailler… T’y vois tout, c’est grandiose !
    Un grand merci pour ce morceau de bravoure et gros bisous

    J'aime

  9. Bonsoir,
    Il existe un dictionnaire Lyonnais/Français, bien normal, sinon à ce parler ne rien comprendre.
    Je crois avoir déjà lu ce texte, ou ai-je rêvé!
    Bonne soirée
    Bises

    J'aime

  10. Bonjour Lilou,
    Bien difficile à lire, je n’y comprends rien. Quel Lexique! une autre langue on dirait.
    Je te souhaite un « Joyeux Noël » et une belle année 2017 avec la santé et plein de bonheur.
    Amicalement Lilou et à bientôt en 2017

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s