Octobre – De Baudouin à Séverin


Quand les oignons ont trois pelures,

Grandes froidures.

Anciennement on croyait avoir maints moyens de prévoir l’hiver. Serait-il rigoureux ? Alors en octobre on regardait les oignons.

Ce dicton perdure encore de nos jours ; Cependant dans les jardins, il n’est plus question de semer, parfois encore un peu de salade et le mâche d’Italie.

Il y a encore quelques jours chauds mais l’arriéré de chaleur s’affaisse bien vite. La lumière ressemble à du verre fondu. Le jardin tiédit un parfum de coings, de buis et de prunes trop mûres ;

Les reines-marguerites se fanent. L’air tourne la feuille  en caramel et l’automne a pris la couleur mordorée.

 

18 octobre

À la Saint-Luc la pluie du vallon, fait de la neige sur le mont.

 19 octobre :.
À la Saint-René, couvre ton nez.

23 octobre
À la Saint-Séverin, chauffe tes reins

 

7 réflexions sur “Octobre – De Baudouin à Séverin

  1. Bonjour Lilou,
    Et est-ce que les oignons ont 3 pelures cette année?
    me voici de retour de ma longue pause. J’ai fait une belle croisière mais fatigante aussi car j’avais pris toutes les excursions.
    J’espère que tu as passé un bel été et que tout va bien chez-toi?
    Merci pour tes visites et commentaires, je l’apprécie,tu es gentille.
    Amicalement Lilou et à bientôt.

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s