les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Le Grillon

9 Commentaires


Un pauvre petit grillon
Caché dans l’herbe fleurie
Regardait un papillon
Voltigeant dans la prairie.
L’insecte ailé brillait des plus vives couleurs ;
L’azur, la pourpre et l’or éclataient sur ses ailes ;
Jeune, beau, petit maître, il court de fleurs en fleurs,
Prenant et quittant les plus belles.
Ah! disait le grillon, que son sort et le mien
Sont différents ! Dame nature
Pour lui fit tout, et pour moi rien.
je n’ai point de talent, encor moins de figure.
Nul ne prend garde à moi, l’on m’ignore ici-bas :
Autant vaudrait n’exister pas.
Comme il parlait, dans la prairie
Arrive une troupe d’enfants :
Aussitôt les voilà courants
Après ce papillon dont ils ont tous envie.
Chapeaux, mouchoirs, bonnets, servent à l’attraper ;
L’insecte vainement cherche à leur échapper,
Il devient bientôt leur conquête.
L’un le saisit par l’aile, un autre par le corps ;
Un troisième survient, et le prend par la tête :
Il ne fallait pas tant d’efforts
Pour déchirer la pauvre bête.
Oh! oh! dit le grillon, je ne suis plus fâché ;
Il en coûte trop cher pour briller dans le monde.
Combien je vais aimer ma retraite profonde !
Pour vivre heureux, vivons caché.

Jean Pierre Claris  de Florian (1755-1794) poète et fabuliste

 

Description de cette image, également commentée ci-après

9 réflexions sur “Le Grillon

  1. Cela signifit que le bonheur ne se vivrait pas en public…?
    Par conséquent vivre en société est source de maux ?
    Aie aie… mais nous les « zumains » on est pas fait pour vivre reclus… 😦

    J'aime

  2. Je ne connaissais pas cette fable de Florian merci de l’avoir partagé, j’aime beaucoup…. Combien se sont brûlé les ailes à vouloir briller…. Bon jeudi

    J'aime

  3. Cette fable m’évoque une autre, de Jean-François Haumont, « Les deux laitues » (1802), qui s’achève ainsi :

    « Heureux l’être qui vit sans cesse loin du monde et des envieux ! »

    Belle journée 😀

    J'aime

  4. Je découvre ce fabuliste !! merci pour la leçon de moral !!

    J'aime

  5. Je ne partage pas l’interprétation de Myopaname. Cela prouve que le texte est assez riche pour être polysémique!
    Mon interprétation? Pour moi Briller est factice, superficiel, heureux celui qui préfère la profondeur et l’authenticité; je pense, entre autres, à tous ceux qui vendent leur âme pour un passage à la télé ou à cette mode du selfie qui trahit un narcissisme à toute épreuve!

    J'aime

  6. Une bonne fable que l’on peut encore méditer.
    Bonne soirée
    Bises

    J'aime

  7. charmant fabuliste que Florian qui échappa in extremis à la guillotine sauvé par la chute de Robespierre mais dont la prison a du précipiter sa maladie. J’aimerais bien savoir quand il a écrit cette fable. Ses fables sont parues en 1793 mais il avait commencé à écrire bien plus tôt bises

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s