Les Pauvres


Jeudi Poésie chez Asphodèle

 Bien sûr en étant proche géographiquement de Nogent en Bassigny, ville natale de Bernard Dimey, je suis imprégnée du « Festival Dimey » qui a lieu chaque année. Ce poète a écrit nombres  textes pour des chanteurs « ancienne génération » ne serait-ce que Henri Salvador avec Syracuse mais bien d’autres encore…Il est décédé en 1981 et laisse derrière lui une oeuvre importante.

Les pauvres sont charmants, pour peu qu’on les approche.
La plupart sont polis, j’en ai vu de tout près.
Bien sûr, j’avais un peu de monnaie dans ma poche
Mais ils n’en savaient rien, je n’ai donné qu’après.
Les pauvres sont curieux, le travail les attire,
Y compris les métiers fort sales et rebutants.
Je crois qu’ils ont raison, l’oisiveté c’est pire !
Ils se plaignent, c’est vrai, mais ils sont très contents.

Au fond, la pauvreté c’est un genr’ qu’ils se donnent.
La preuve : j’en ai vu sourire à pleines dents !
Pour nommer leur épouse, ils disent la patronne
Pour tout dire en un mot, les pauvres sont tordants.
La plupart sont très laids, à force d’être sales,
Que leurs têtes ressemblent aux têtes d’ouvriers
Qui, ceux-là, sont affreux, n’aimant que le scandale,
Prêts à n’importe quoi pour être mieux payés.

Mon Dieu, ceux-là, bien sûr, sont de fort mauvais pauvres,
Ils sont mal éduqués, ils se battent entre eux,
Lorsque j’en aperçois, je prends peur, je me sauve.
Qu’ils soient dans la misère, ces monstres-là, tant mieux !

Mes pauvres à moi sont doux, sont souriants, sont timides.
Ils se vantent bien haut d’aimer Notre Seigneur.
Certes, beaucoup d’entre eux sont à moitié stupides,
Mais ils n’y sont pour rien ! C’est presque mieux d’ailleurs.
Leurs enfants, quelquefois, ont de beaux yeux si tendres
Qu’on peut émerveiller avec n’importe quoi.
J’ai souvent regretté qu’ils ne soient pas à vendre,
J’en aurais acheté pour les mettre chez moi.

pour mieux connaître Bernard Dimey 

Portait de Bernard DIMEY

13 réflexions sur “Les Pauvres

  1. Je ne connaissais pas Bernard Dimey. Un alexandrin très réussi qui m’interpelle. Le poète en critiquant les pauvres ne se moque t’il pas de ceux qui les critiquent. C’est surprenant. Beau jeudi

    J'aime

  2. Un regard aiguisé et cynique sur l’univers… Il savait de quoi il parlait, Bernard Dimey, qui a passé sa trop courte vie à en fréquenter les dessous, pas toujours reluisants.
    Je te remercie, Lilou, d’avoir mis ce grand homme à l’honneur. Tu as déclenché en moi l’impérieux besoin de l’inviter pour le prochain dimanche poétique d’Ecri’turbulente.

    Aimé par 1 personne

  3. Je suis contente d’avoir découvert ce grand poète grâce à toi ! Quelle ironie, quel sarcasme vis-à-vis des riches quand ils parlent des pauvres ! 😉 Un grand Monsieur sans aucun doute… Parolier de Salvador, Aznavour, Francis Laï…il a fréquenté du beau monde ! 😉

    J'aime

  4. Encore un que j’ignorais, et j’avais tort ! Sarcastique et méchant à souhait pour renvoyer aux envoyeurs leur bêtise crasse et masquer fraternité et tendresse (voilà bien une phrase qu’il se serait gardé d’écrire 🙂

    Merci Lilou

    J'aime

  5. Ce texte même si il est affligeant et beau. Il est tellement vrai pour certaines gens que l’on se demande d’où ils sortent…..Un auteur qui est cynique mais lucide sur une société qui porte si vite des jugements. Bravo

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s