La danseuse –


Pour Brick à Book  photo de Romaric Cazeau  #195

195 - les danseuses

Ambre avait enfin réussi. Il ne lui restait qu’une seule marche à gravir… En fin d’année le concours. Elle avait été reçue à l’examen de première danseuse. Il ne lui restait que le concours pour déterminer le rang qu’elle occuperait dans le ballet. Le maître avait été franc, elle pouvait réussir ; il ne lui manquait qu’un tout petit peu plus d’émotion. Elle devait davantage  se faire confiance pour gérer le  stress et se mouvoir librement.

C’est pour cela qu’elle avait travaillé  avec sa petite Mère et un psy que lui avait conseillé Germain son partenaire. A la veille du concours, elle répéta comme d’habitude, elle se sentait bien dans le rôle du cygne blanc.  Elle le possédait jusqu’au bout des pieds.

En rentrant chez  elle, elle  s’arrêta à la boulangerie,  et après avoir remercié la vendeuse qui lui souhaitait bonne chance, elle s’apprêta à traverser la rue quand une voiture roulant à vive allure la heurta. Ambre resta étendue sur la chaussée tandis que le véhicule continuait sa course folle.

L’hospitalisation fut longue. Une jambe et une épaule brisées, un tendon d’Achile rompu, le visage tuméfié et surtout un traumatisme crânien qui lui fit perdre momentanément la mémoire ; ce qui rendit plus facile les premiers jours après l’accident. Peu à peu, la conscience revenant, on entendit ses pleurs, on pouvait presque toucher son désespoir. Certes elle remarcherait mais sa joie de vivre disparut. Plus de danse, plus de carrière brillante : destin brisé ; le verdict était sans appel.

Que pourrait-elle faire ? Figurante dans le corps de ballet à supporter les regards de pitié. Professeur ?  Trop jeune, l’envie de transmettre n’était pas là et d’ailleurs que pourrait-elle transmettre, elle-même n’en était qu’aux balbutiements.  Sa vie, son rêve, c’étaient Etoile, rejoindre au firmament les plus grandes  Claude Bessy, Margot Fonteyn, Noëlla Pontois, Sylvie Guilhem  ou encore  Aurélie Dupont.

Une nuit alors que l’insomnie la taraudait, elle se souvint de  l’accident de Janine Charrat, les jambes brûlées , à la force que cette danseuse exceptionnelle déploya pour  guérir et  danser encore.

Lorsque les larmes furent asséchées, que sa jambe fut prête à fonctionner, lorsque se tourner dans son lit lui fit horreur, elle prît sa décision.

Des mois et des mois de patience, de souffrance intolérable, de  kinésithérapie, de psy, de rechutes, de victoire, d’échecs. Avancer chaque jour un peu plus loin, chaque jour le petit mieux, chaque jour arraché à la douleur, jusqu’au jour où  la barre ne lui fut plus insupportable, où les petits  pas furent  de nouveau élégants, où la douleur devint complice, elle allait vivre avec elle et la surmonter.

Deux ans plus tard, elle remonta sur scène, la peur au ventre mais les muscles fermes et sûrs.  Elle dansait « Giselle »… alors, Ambre se remit à rêver d’Etoile.

15 réflexions sur “La danseuse –

  1. Tu imagines bien que ce texte me touche,nous avons emprunté une partie du même chemin,chacune s’en est sortie à sa manière….Nous sommes toutes les deux du côté de la vie non?….

    J'aime

  2. Oh ! Nous avons toutes les deux fait vivre un cauchemar à nos danseuses. L’accident est ce qui est le plus terrible. Elle est remontée sur scène….Bravo à elle. Bravo à toi. quand à mon héroïne….

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s