les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Histoire de gants

4 Commentaires


L’erreur est humaine pour les Impromptus littéraires..

J’avais déjà publié ce texte il y a quelque temps pour les Croqueurs de môts.. Légèrement modifié,  je le republie.

Gontrand, jeune homme de bonne famille, très amoureux de la belle Elise, désire lui offrir un petit présent pour son anniversaire. Comme il n’est pas très inspiré, il hésite sur les goûts des jeunes demoiselles. Il s’en ouvre à sa sœur ; celle-ci lui suggère alors de l’accompagner dans une boutique spécialisée où elle doit se rendre pour quelques achats personnels.
Parvenus dans le magasin, Gontrand, est un peu surpris de se trouver dans une boutique de lingerie fine féminine. Après maintes hésitations, le choix est tellement difficile, qu’ il opte pour une élégante paire de gants en peausserie de chevreau beurre frais, à la matière souple, dont les poignets sont garnis de volants ajourés. Pendant que sa sœur fait ses propres emplettes, soutien-gorge pigeonnant, une nouveauté dans l’habillement des femmes de qualité, assortis de strings, porte-jarretelles, petites culottes en soie et dentelle de Calais et autres colifichets, il rédige un billet pour accompagner son cadeau.
La vendeuse vraiment très aimable, propose aux jeunes gens d’emballer les emplettes et de se charger des livraisons. Elle est dérangée par une autre cliente très pressée et échange par inadvertance les paquets et la promise reçoit les strings, culottes etc. avec cette la lettre.
Ma très chère Élise,
Comme je ne puis vous rencontrer avant la fin de la semaine, je vous faire parvenir ce petit présent qui j’espère vous comblera de bonheur. Je l’ai choisi méticuleusement en pensant très fort à vous. Ils sont à mes yeux assortis à votre doux teint de pêche et frais comme la rosée.
Cependant, la vendeuse m’a fait quelques recommandations et je vous les transmets scrupuleusement.
Avant de les enfiler, il faudra souffler tout doucement dedans pour éviter les faux plis qui pourraient vous blesser et bien les talquer pour qu’ils glissent plus aisément.
Les jours de dentelle sont si délicatement rebrodés que vous devrez veiller à ne pas faire d’accrocs et agrandir les trous.
Si jamais ils se tachaient, surtout ne pas les laver, cela risquerait de les déformer, seulement les frotter l’un contre l’autre très lentement pendant deux minutes.
Vous n’aurez aucune sensation de moiteur car la doublure est en pure soie et s’imprégnera même de votre parfum ambré et subtil. Je pense qu’ils sont exactement à votre taille, ma sœur les a essayés.
Il me tarde tant de vous les voir porter que je vais compter les heures d’ici notre prochain rendez-vous.
Souffrez donc que je baise délicatement les doigts.

Votre Gontrand

4 réflexions sur “Histoire de gants

  1. Je me souviens de cette histoire que j’avais beaucoup aimée. Je l’ai relue avec plaisir

    J'aime

  2. On imagine la tête de Elise… sourire ou s’écrier goujat !!!

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s