Petite masure


Chez Leiloona – Brick à book

© Julien Ribot

Après la visite du château de la comtesse du Taillis nous nous dirigeons vers la masure de son jardinier Joseph Lemarquis. Oui c’était bien son nom.
La jeune comtesse avait l’habitude de rejoindre son amant, un homme fort qui sentait la sueur, le cuir, les effluves de lavande et le canasson mais qui savait la combler comme personne.
Cette petite maison entretenue à l’époque avec soin par Marinette, la soubrette, abritait en fait toutes les amours secrètes du château. Elle rendait accueillante les abords, elle avait même planté des hortensias et des fougères qui donnaient de la fraicheur à l’habitation. La végétation luxuriante servait de cache à la clef de la porte en bois.
Marinette savait qui venait et quand ; elle avait un agenda, une sorte de carnet de bal tenu à jour afin que nul soit dérangé.
Mais un jour, alors que Marinette avait une cheville blessée, une grave erreur fut commise et madame la comtesse se retrouva nez à nez avec une autre maitresse du fringant jardinier et ce fut le drame. Le sang coula, qu’il soit bleu ou pas et on dénombra deux cadavres.
Monsieur le comte fit fermer la maison et depuis n’est plus entretenue ; le mur de pisé commence à s’écailler ; seules les fougères poussent encore laissant à notre regard la corde qui retenait le cheval du jardinier. Je vous invite à pénétrer dans la maison ; vous verrez les taches de sang sur le carrelage.
Amour toujours.

14 réflexions sur “Petite masure

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s