les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Petite masure

14 Commentaires


Chez Leiloona – Brick à book

© Julien Ribot

Après la visite du château de la comtesse du Taillis nous nous dirigeons vers la masure de son jardinier Joseph Lemarquis. Oui c’était bien son nom.
La jeune comtesse avait l’habitude de rejoindre son amant, un homme fort qui sentait la sueur, le cuir, les effluves de lavande et le canasson mais qui savait la combler comme personne.
Cette petite maison entretenue à l’époque avec soin par Marinette, la soubrette, abritait en fait toutes les amours secrètes du château. Elle rendait accueillante les abords, elle avait même planté des hortensias et des fougères qui donnaient de la fraicheur à l’habitation. La végétation luxuriante servait de cache à la clef de la porte en bois.
Marinette savait qui venait et quand ; elle avait un agenda, une sorte de carnet de bal tenu à jour afin que nul soit dérangé.
Mais un jour, alors que Marinette avait une cheville blessée, une grave erreur fut commise et madame la comtesse se retrouva nez à nez avec une autre maitresse du fringant jardinier et ce fut le drame. Le sang coula, qu’il soit bleu ou pas et on dénombra deux cadavres.
Monsieur le comte fit fermer la maison et depuis n’est plus entretenue ; le mur de pisé commence à s’écailler ; seules les fougères poussent encore laissant à notre regard la corde qui retenait le cheval du jardinier. Je vous invite à pénétrer dans la maison ; vous verrez les taches de sang sur le carrelage.
Amour toujours.

14 réflexions sur “Petite masure

  1. Les histoires du temps jadis, et les lieux chargés d’histoire… C’est toujours impressionnant d’aller à la rencontre de ces murs qui abritent précieusement l’histoire.

    J'aime

  2. Une masure transformée en nid d’amour ! une « historiette » bien « troussée » !

    J'aime

  3. bravo…
    je n’ai pas eu le temps de participer aux deux défi !

    J'aime

  4. Ah, le destin de cette maison aurait pu être changé si le jardiner avait apaisé ses deux maîtresses. 😉 Les lieux et leurs histoires…

    J'aime

  5. personne n’a fait le ménage?
    🙂

    J'aime

  6. J’aime beaucoup! Une chouette trame à développer je trouve !

    J'aime

  7. Ton guilleret pour une histoire funeste. J’ai bien ri.

    J'aime

  8. ça sent les journées du patrimoine mais en plus tragique ! lol
    C’était bien écrit ^^

    J'aime

  9. Pauvre jardinier qui d’un coup perdu deux clientes, mais qui sait, peut-être en a-t-il profité pour soigner la cheville de Marinette et y mettre quelques extras pour accélérer la guérison.

    J'aime

  10. une belle histoire triste , mais une maison qui connut des jours heureux

    J'aime

  11. Waouh ! En peu de mots, tu envoies du drame ! C’est à la fois ironique et tragique, ton histoire. L’idée était très originale !

    J'aime

  12. Une triste fin entre ces murs qui avait l’habitude de voir et entendre plus de jouissance 😉 belle idée de texte, merci

    J'aime

  13. Comme c’est dit là, avec ce ton plein de légèreté !
    J’en suis restée toute ébaubie.
    La guide a méritée son pourboire ! 🙂

    J'aime

  14. Une histoire très inattendue ! Un peu triste, mais malgré tout rythmé et attachante 🙂

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s