les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

La femme aux bijoux

7 Commentaires


emeraude

Son permis d’installation, comme joaillière en main, Pauline, première ouvrier de France, touchait enfin du doigt une petite étoile de bonheur. Mais que le chemin avait été long, interminable même.
Elle ferma les yeux, et se revit alors qu’elle embrassait cette profession. Ses parents n’avaient pas parié leurs chemises sur sa réussite. Malgré leur réprobation, elle avait obtenu, de haute lutte, l’autorisation de passer le concours organisé par le grand bijoutier de la place Vendôme, Fabrice Moreau. Les souvenirs alors affluèrent et virent la titiller.
Elle avait décroché un stage chez le créateur, son idole dans la profession, puis avait été embauchée comme « apprentie ». Ici il fallait savoir tout faire, se dégager de l’enseignement dogmatique des écoles et travailler sur du vrai, du concret. D’abord le dessin précis minutieux d’une pièce…puis la réaliser de A à Z ; le choix des pierres, des vraies pierres, du métal, de sa couleur et mettre en valeur leurs plus belles eaux par un serti précis, Fabrice tenait à cette minutie artisanale qui n’avait rien à voir avec le travail en série. « Les machines ne savent pas caresser les pierres » disait-il souvent !
Au bout de trois ans, elle passa seconde dans un des petits ateliers que Fabrice dirigeait près de Lyon. Ce qui suscita la jalousie d’Alain, second lui aussi mais depuis bien plus longtemps et dont l’ambition inavouée de passer premier à l’occasion de l’arrivée de Pauline fut déçue. Il voulait bousculer le vieux Raymond chef de l’atelier et ainsi montrer son savoir-faire à Monsieur Moreau, expérimenter ses capacités et prendre enfin la direction du grand atelier parisien. L’arrivée de Pauline aiguisa son appétit et sa convoitise. Mal lui en prit !
Alain avait été embauché deux ans avant sans avoir passé le concours, sur recommandation d’un « ami ». C’était un assez bon bijoutier mais sans aucun talent. Il n’avait que sa grande confiance en lui sans aucun caractère créatif…un exécutant seulement mais terriblement prétentieux. Alain était toujours à l’affût, à la poursuite de ses chimères. Il croyait être un « géant « et qu’il allait réaliser de grandes choses. Doté d’un physqiue agréable, il était aussi séducteur et exercçait ce talent auprès des jeunes employées. Pauline ne fit pas exception.
L’occasion se présenta quand Raymond tomba malade. Ce dernier était excellent dans son domaine professionnel mais dans le domaine privé c’était un alcoolique. Il passait pas mal de temps au zinc des bistrots ; il y avait souvent du vent dans les voiles, son foie en fitt les frais. Contraint de se soigner, Alain fut promut par intérim premier de l’atelier. Alors l’ambiance « cocon » se mua en une ambiance terroriste. Des « fais-ci, fais-çà », à « tu es sous mes ordres » ou « tu es une incapable et tu fais ce que je dis » résonnèrent dans la petite salle. Pauline en était agacée sans plus ; elle dessinait en secret des modèles sur un carnet de croquis qu’elle travaillait ensuite à l’aquarelle ou au pastel fin.
Or un jour, elle s’aperçut que son carnet avait disparu. Elle pensait l’avoir oublié dans la chambre forte, là où, la veille, elle avait remis à Monsieur Moreau, un lot d’émeraudes monté en marquises, une commande dont la réalisation ne le satisfaisait pas entièrement. Il trouvait les montures quelconques et avait demandé l’avis de Pauline. Celle-ci s’était empressée de lui montrer quelques uns de ses croquis qu’il trouva fort intéressants et audacieux. L’audace voilà ce qu’il aimait. Elle retrouva son précieux document dans le bureau de Fabrice !
Un matin, pourtant, Alain arriva le sourire aux lèvres et un air de musique à la bouche ; Il fredonnait une vieille chanson « C’est la femme aux bijoux ». Il se vanta d’avoir trouvé la merveille des merveilles ; on allait voir ce qu’on allait voir. Il serait Premier ouvrier de France. Il créerait son modèle, le chef d’œuvre, la chance de sa vie en quelque sorte. Il n’allait pas rater l’occasion ; il allait enfin quitter ce trou où il végétait ! Pendant plusieurs jours, il travailla d’arrache-pied et le résultat fut étonnant.
Pauline, partie quelques jours en vacances, revint pour découvrir que le pendentif réalisé avec un rubis orné de diamants poires délicatement ciselé en marguerite, était ni plus ni moins la copie conforme d’un de ses modèles. Elle s’en prit à Alain qui lui bredouilla des balivernes avant de lui répondre :
– « Et pour quelle autre raison j’aurais couché avec toi ! »
Pauline fut écoeurée. Elle écrivit aussitôt au vieux Raymond avec lequel elle était restée en contact et qui lui donnait en secret quelques ficelles du métier et à Fabrice Moreau.
C’est ainsi que l’on retrouva, la veille du concours, Alain inanimé sur le sol de l’atelier. Sa tasse de café contenait des traces de cyanure. Pas suffisamment pour l’issue fatale mais suffisamment pour qu’il avoue. Il fut convaincu de vol qualifié, espionnage et délit de concurrence. Il fut licencié sur le champ. Raymond avoua très vite, vu son état, il fut laissé en liberté provisoire mais mourut avant le procès.
Pauline poursuivit son bonhomme de chemin chez Moreau et au bout huit années de travail, elle pouvait enfin travailler sous sa propre marque. Aujourd’hui, elle tenait sa vengeance : elle venait d’embaucher Alain, comme ouvrier monteur dans l’atelier. Leur future rencontre promettait d’être intéressante

7 réflexions sur “La femme aux bijoux

  1. J’ai bien aimé ton histoire qui mériterait une suite…. Beau week-end

    J'aime

  2. Eh bien… j’attends moi aussi une suite.

    Bien que, évidemment, tu puisse laisser le lecteur se régaler à l’imaginer.

    Passe une douce soirée, Lilou. Bises.

    J'aime

  3. Un beau récit captivant et agréable à lire.

    J'aime

  4. Une histoire prenante de bout en bout

    J'aime

  5. eh ben … on ne fait pas dans la demi-mesure en matière de vengeance … Pas classe le copieur, mais pas digne non plus la vendetta. … mais je n’ai pas tout compris … Raymond était le complice d’Alain ?

    J'aime

  6. Comme quoi, bien mal acquis ne profite jamais. 😉
    Bises 😀

    J'aime

  7. Oh, bravo, Lilou ! Passionnant ! Et je crois que tu t’es réservé la possibilité d’une suite, pour THE roman de l’été :))) ! Pourquoi pas ? Bises.

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s