les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

La cascade

17 Commentaires


Les 39èmes plumes les plumes d'asphodèle

C’était la dernière semaine des vacances… bientôt l’automne allait prendre sa place dans le temps, roussir les feuilles et délaver la mousse. Nous étions assis au petit déjeuner comme des naufragés qui s’apprêtent à remonter dans le bateau qui les ramènera port ; c’est-à-dire que nous devisions sur tout et rien sans savoir comment occuper ce dernier jour de repos ; conversations du style « dans quel état j’erre » ! C’est alors que Jean Mi sortit de son mutisme matinal, celui qui précède trois ou quatre doses de café : Et si nous allions à la cabane !
Ah, la cabane quel bon vieux souvenir ; un tas de pierres posées les unes sur les autres branlantes avec un genre de toit au dessus où nous avions, il y a dix ou quinze ans abrité nos premières amours, nos premiers baisers pour de vrai et petites caresses osées poussés par la fièvre que l’adolescence nous donnait. Mais derrière la cabane, il y avait une cascade « les tufières » magnifique qui formait un rideau d’opale translucide quand le soleil allumait la colline. A cette évocation, j’entendis le murmure de l’eau qui gicle et danse sur les cailloux avec un son cristallin.
L’horizon était clair, le ciel clément ; en un clin d’œil, les sacs furent bouclés, nos boussoles, nos chapeaux, nos lampes frontales par ailleurs ridiculement inutiles mais on n’est jamais trop prudent, des litres d’eau de montagne de préférence, Elise est très stricte sur sa boisson, du chocolat des barres de céréales…Ah zut pas de figues sèches, mon régal ! Jean Mi refusa le GPS ! Non mais pas ici la bonne vieille carte d’état major est de mise.
Quelques heures plus tard, nous voici dans la nature et après une pause ravitaillement et rassemblement de la troupe… En fait de troupe, nous étions sept au départ puis neuf après deux kilomètres, notre projet fit des émules….mais en arrivant au port.. oh non confusion, autre histoire
Pause pour ne laisser personne en panne mais aussi car nous avions encore deux kilomètres à parcourir, petite restauration remontante. Nous nous réjouissions de nous retrouver là et nous évoquâmes avec angoisse et émotion, l’échelle en corde qu’il fallait vaincre pour arriver à notre refuge.
Rafraichis et prêts à nous transcender pour atteindre notre but, Jean Mi grand marcheur devant l’éternel, poussa un cri. On aurait dit un cri sauvage, un cri de désespoir.
Nous nous précipitâmes et là dans la clairière, dans notre clairière, nous aperçûmes, le vieil escalier moussu aménagé d’une rampe sur lequel gambadaient des gamins, trottaient des chiens et gesticulaient des adultes. Une allée large et ombragée avait été ouverte et des chevaux prenaient plaisir à servir de trimballe-couillons pour grimper à l’assaut de notre cabane. Un escalier ? Pourquoi pas un ascenseur ! cria Alain dépité.
Depuis le temps, l’aménagement de la cascade en lieu de loisir et de promenade avait pris le pas sur la sauvagerie de notre coin d’enfance.
Résignés, nous montâmes les degrés boisés et malgré notre première déception, et notre fatigue, nous redécouvrîmes un paysage magnifique. Nos yeux ne se lassaient pas de contempler le site des Tufières absolument ravissant
Nous restâmes ici pendant plusieurs heures à égrener nous souvenirs nous fou-rires et aussi nos chagrins de vie ; bonheurs et malheurs !
Un couinement dans les fourrés…. Je me baissais et découvris un petit chiot, une pure jeune fille que je pris dans ma chemise, qu’elle souilla très vite et que je baptisais Eden. La redescente se fit à bon rythme… L’effort nous avait affamés… Quelques œufs vite cassés et battus nous rassasièrent…. Demain et bien demain ce serait un autre jour !
Peut-être irons au Cul du Cerf… On ne rit pas il existe !

220px-Tufière_de_Rolampont_(2)

17 réflexions sur “La cascade

  1. Pingback: LES PLUMES 39 – Les textes qui montent qui montent !!! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. oh j’aimerais bien connaitre cet endroit !

    J'aime

  3. Très beaux souvenirs d’enfance que tu racontes si bien. Retrouver les lieux de son enfance c’est à la fois un plaisir mais aussi beaucoup d’émotions car rien ne sera jamais comme avant. Bravo pour les statistiques de ton blog. Je ne regarde pas les miennes. C’est un tort. Beau week-end

    J'aime

  4. Et oui LilouSoleil, les jours passent… et les choses changent. Belle ambiance pour cette promenade… et je parie que la prochaine fois, il y aura une parking payant pour accéder à ce site!

    J'aime

  5. La cascade, ou le danger de rechercher les lieux de l’enfance 😉
    L’expédition a quelque chose de comique, quand on voit que la « civilisation » est arrivée sur les lieux 😉

    J'aime

  6. Retour aux sources émouvantes ! le ton est guilleret, cela sonne très vrai, j’ai beaucoup aimé !

    J'aime

  7. Une belle nostalgie flotte sur ce texte même si les grands enfants ne retrouvent pas la même magie au lieu … Je n’ai jamais eu de cabane moi !!! Bises Lilou ! 🙂

    J'aime

  8. Bonjour Lilou
    Très beau moment que cette montée, ce retour à la liberté de notre enfance.
    Merci pour ce texte
    Merci pour ton com sur mon texte.
    Et enfin, meilleurs vœux 2015

    J'aime

  9. Souvenirs, souvenirs…
    Le passage qui m’a transportée vers la cascade : « Mais derrière la cabane, il y avait une cascade « les tufières » magnifique qui formait un rideau d’opale translucide quand le soleil allumait la colline. A cette évocation, j’entendis le murmure de l’eau qui gicle et danse sur les cailloux avec un son cristallin. »

    J'aime

  10. Une belle balade sur les sentiers rocailleux des montagnes. Je m’y croyais, frontale en moins ! J’espère toujours rentrer avant la nuit…pas prudent d’être trop optimiste en montagne ! Que mon adolescence est loin ! Je l’ai pourtant évoquée pas plus tard qu’hier avec ma petite soeur (10 ans de moins que moi !) elle a bien rigolé je me demande si elle ne va pas cafarder ! Attention à elle ! 😀 Bisous et bravo !

    J'aime

  11. Coucou Lilou
    Tu as été bien inspirée avec cette collecte. Ta mémoire s’est ravivée et tes yeux d’adulte ont relooké ce petit coin d’enfance.
    Parfois, il vaut mieux garder ses souvenirs intacts et ne pas essayer à retrouver l’authenticité. La civilisation gâche un peu tout… Je pense à la célèbre Dune du Pilat qui a été « mise aux normes » pour la sécurité des grimpeurs du dimanche !
    Bref, ça fait du bien ces retours à l’enfance 😆
    Bon dimanche et gros bisous

    J'aime

  12. Pas toujours facile de revenir sur les lieux de sa jeunesse, il peut parfois y avoir de mauvaises surprises, mais bon le cadeau est bien sympathique avec cette petite boule de poils

    J'aime

  13. Demain sera un autre jour… mais nos souvenirs continueront à nous bercer encore…

    J'aime

  14. Un centra park tout flambant neuf, à la place de cet endroit si privilégié, Zut alors ! je me serais quand même permise d’aller rendre une visite courtoise à ces nouveaux habitants

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s