les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Les plumes : balade en vieux métiers

13 Commentaires


les plumes d'asphodèle

Le soleil ne dardait pas vraiment des rayons jaunes et chauds à blondir les blés ; ceux-ci d’ailleurs avaient profité d’un printemps chaud et précoce pour mûrir plus vite ; la moisson était déjà engrangée.
J’avais décidé de rendre visite, quelques jours au Grand papi né dans ce hameau perdu au milieu des vieux volcans d’Auvergne qui abritait deux à trois habitants l’hiver et quelques familles d’estivants durant la belle saison. Bon nombre de maisons étaient fermées et certaines, n’étaient plus que des ruines. Mais un choix est un choix et je faisais contre mauvaise fortune bon cœur et je parcourais les derniers kilomètres avant d’aborder le dernier petit col de la montagne, quand je vis les pancartes annonçant la fête aux vieux métiers. Tiens, me dis-je voilà que les villageois se dessalent et qu’ils font la nouba. Une idée pour justement se les changer…
Le lendemain, armée de mon nouveau et bel appareil photo, je déambulais entre des stands installés entre la place centrale, les ruelles pentues et les ruines en partie restaurées d’un château médiéval fleuron du canton.
Partout des animations, des tableaux vivants, des faucheurs qui avec les vieilles faux coupaient le regain en cadence et rythme, s’arrêtant pour aiguiser l’outil, pendant que les lieurs plus loin mettaient en gerbe. Juste à côté, un cheval de trait dansait avec ses jambes avant pour vanner les blés…
Pour beaucoup de badauds dont moi c’était une découverte, du jamais vu… Pourtant les vieux métiers, je connaissais. Les forgerons jubilaient devant leur feu d’enfer à taper sur l’enclume pour former leurs métaux d’où s’échappaient des myriades d’étincelles. Le maréchal ferrant s’affairait auprès des chevaux pour habiller leurs sabots tandis que l’odeur de la corne brûlée emplissait nos narines.
Attirée par une musique aigrelette, je m’approchais d’un attroupement au milieu duquel évoluait des danseurs et danseuses en une bourrée très classique, costumes d’époque et bonnet de dentelle. Justement dans un renfoncement où trônait un bouquet d’hélianthes, des dentellières penchées sur leurs carreaux faisaient naître sous leurs doigts des bordures ciselées, presqu’ aériennes. Ces dames m’expliquèrent, (ce que je n’ignorais pas) que des cours de pratique dentellière étaient maintenant dispensés dans le but de faire renaître cette activité. Tout en dégustant une tartine de pain frais au « vrai » levain garnie de confiture faite sur place, je me dirigeais vers la vieille école. C’est la mode les vieux musées d’école ; là, avec humour et espièglerie, les visiteurs s’escrimaient à écrire à la vieille plume d’oie et encre violette… un vrai bonheur mais j’ai moi appris à écrire à la plume.
Je n’étais pas vraiment à la recherche de sensations inconnues et je n’ai pas fait de grandes découvertes mais cette balade imprévue m’a fait offert un moment d’allégresse. Je me suis mêlée à cette foule dynamique et mouvante, comme si je prenais un bain, revenant plusieurs décennies en arrière… une sorte de repos, illusion entretenue par le temps qui semblait s’être arrêté …

IMG_0212

carreau auvergnat pour réaliser la dentelle

IMG_0274IMG_0258IMG_0269

Les photos ont été prises cet été à Viverols, village d’Auvergne. La dentelle est faite au fuseau sur des carreaux à l’aide de dessins sur carton. célèbre dentelle du Puy en Velay.

 

 

 

13 réflexions sur “Les plumes : balade en vieux métiers

  1. Pingback: LES PLUMES 34 – LES TEXTES de l’HUMEUR DU JOUR en double liste ! | Les lectures d'Asphodèle, les humeurs et l'écriture

  2. J’aime beaucoup ces fêtes qui font revivre un temps englouti et même pas concevable pour les plus jeunes ! Ici, en août, il y a eu longtemps la Fêtes des Métives (moissons en patois) et chaque fois j’étais fascinée par le nombre de bras qu’il fallait pour engranger le blé ! Faut pas s’étonner si le chômage sévit, on le sait que les machines ont remplacé ces bras fourbus mais heureux après une journée de labeur… Le Forgeron, je l’ai connu mais très peu de temps, j’avais 6 ans quand il a fermé boutique alors tu penses… Les dentellières, jamais vu par ici ! En revanche au CP, j’ai écrit au porte-plumes, l’année d’après nous sommes passées directement au Bic, quel choc !!! Ce n’est qu’au CM2 que j’ai découvert le stylo-plumes et depuis je ne peux plus m’en passer, quand un me lâche et que je dois écrire au Bic, c’est une torture !
    En retard mais ça valait le coup ! Cependant, élève Lilou, beaucoup de fautes se sont glissées (toutes seules on le sait bien :lol:) dans ce texte, il va falloir reprendre tout ça ! Hum !!! 🙄 C’est la rentrée alors on repart sur de bonnes bases, ahem !!! 😀 Bises et bonne fin de journée !

    J'aime

  3. Merci pour la balade 🙂
    Je ne connais en « vrai » qu’un seul de ces métiers c’est celui du maréchal ferrant : il impressionne beaucoup les enfants au poney club où je vais régulièrement …
    Tu as raison pour l’odeur de la corne brûlée … Une odeur qu’on n’oublie pas 🙂

    J'aime

  4. j’aime bien l’entame : « les villageois se dessalent et font la nouba » ;
    on est encore quelques uns à avoir connu quelques « vieux métiers » (même si j’ai appris à écrire au style bic 🙂

    J'aime

  5. J’ai beaucoup de souvenirs de telles fêtes et cela me rend nostalgique. merci de ce petit retour dans le passé.
    Bonne journée

    J'aime

  6. c’est tjs agréable ces fêtes où l’on fait revivre le passé

    J'aime

  7. Toi aussi tu fais des reportages plumesques. La bourrée auvergnate fait un peu partie de mon enfance et certains des métiers que tu cites me parlent encore…

    J'aime

  8. Un petit retour vers le passé bien sympathique

    J'aime

  9. J’aime beaucoup ce genre de fête. Bravo de nous en faire revivre une.

    J'aime

  10. Ca alors Viverols, je m’y suis arrêtée cet été, il pleuvait des cordes mdr!!! Nous arrivions à destination de nos vacances, à Chomelix plus précisément!!! Dès le lendemain le soleil s’est pointé et nous a accompagné tout aux long de nos vacances 😉 Superbe région 😉
    Merci pour ton partage qui m’est familier 😉
    Bisous
    Domi.

    J'aime

  11. Je manquerai de patience pour être dentellière.
    Merci pour ce beau reportage.

    J'aime

  12. Superbes animaux sur les photos !

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s