les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Le Sang des bistanclaques

4 Commentaires


Odile Bouhier
publié chez Terre de France
Presses de la citéLe sang des bistanclaques 001
Genre policier connotation historique

 

 

Tout d’abord l’histoire : Le cadavre putréfié d’une vieille femme est découvert à Lyon. Nous sommes en 1920 au mois de mai particulièrement chaud. Alors que l’autopsie révèle des sévices étranges et terribles, un deuxième corps est découvert dans les ateliers de tissage de la soie d’un petit industriel de la soierie lyonnaise.

Scénario courant d’un polar ? Oui et non. Dans la forme c’est le polar classique avec un ou des cadavres, des policiers bons ou pas bons, des gentils et des moins gentils, des vraies et des fausses pistes. Mais surtout c’est le fond qui est passionnant. Je vais laisser de coté mon chauvinisme car Lyonnaise pure souche (émigrée en Haute Marne pas les aléas de la vie) pour vous emmener vers l’originalité de ce roman.

L’enquête est assurée par un trio… Le bon, la brute et le truand… Le commissaire Kolvair blessé durant la Grande guerre qui fait équipe avec Hugo Salacan expert en physiologie professeur à l’université et qui dirige et c’est là la nouveauté, le laboratoire scientifique de police, le premier en France (voire en Europe). Le deuxième est le lieutenant Legone le bien nommé à Lyon qui lui travaille sous l’autorité des brigades du Tigre ; les deux institutions se tirent la bourre pour faire valoir leurs qualités et leurs spécificités et enfin le troisième, le procureur de la République qui doit obtenir des résultats et navigue entre les eaux troubles. L’intérêt est suscité par l’importance que prend de la police scientifique face aux légendaires brigades du tigre ; les résultats commencent à faire foi dans la résolution d’une affaire criminelle.

Au fil du roman, l’auteur émaille l’enquête policière de points historiques notamment sur la construction des traboules lyonnaises, l’installation des usines de tissage à la Croix Rousse, la vie des canuts ; quant au mot bistanclaque, vous en découvrirez la signification. C’est aussi s’apercevoir que nouq avons beaucoup d’idée reçue sur les découvertes scientifiques car si elles étaient incomplètes, les chercheurs avaient déjà une grande approche de certains phénomènes ; l’ADN était connu, on savait analyser des blessures, on connaissant l’influence de la température sur les corps et bien d’autres choses encore qui peuvent nous surprendre.

L’aspect social est aussi pris en compte et une romance amoureuse va poindre et ce n’est pas pour déplaire à mon côté fleur bleue.

Commentaire de la quatrième de couverture : Le Sang des bistanclaques est une formidable reconstitution du monde des soyeux et de celui de la police, une plongée dans la société lyonnaise des Années folles. C’est aussi le parcours d’une folie individuelle, le portrait d’un enfant de la Croix-Rousse devenu tueur en série.

Un mot de l’auteur : romancière, elle est aussi scénariste pour la télévision (Louis la Brocante et Empreintes criminelles) et la cinéma, elle a été élève de l’ Femis-Ensmis (École nationale supérieure des métiers de l’image et du son). Elle a reçu le prix de la « Griffe noire » pour la meilleure trilogie.

Je me suis précipitée sur le deuxième tome dont je fais suivre la chronique et j’attends avec impatience le troisième tome commandé et pas encore reçu.

J’ai aimé partagerez vous mon choix ?

Prix du polar Sud-Ouest/Livre en poche et Prix de la Griffe noire pour la meilleure trilogie 2013

logo polar liliba

logo premier roman

4 réflexions sur “Le Sang des bistanclaques

  1. merci de nous présenter ce livre

    J'aime

  2. Ho mais ça m’a l’air rudement bien ! Les histoires de gones lyonnais m’intéressent et j’adore l’époque à laquelle ça se déroule ! Je ne connais pas « bistanclaques » mais je vais bien trouver sur le Net ! Tu ne m’avais pas mis la date du Prix (il ne m’en faut qu’un), c’est bon je l’ai ! Vu ton acharnement cette lecture a l’air addictive à souhait ! 😆

    J'aime

  3. Rien que le titre m’attire… Merci pour cette participation au Défi Premier roman! Et n’hésite pas à utiliser l’un ou l’autre des deux logos que j’ai bricolés à cet effet. Ils sont accessibles ici:

    http://fattorius.over-blog.com/2013/12/d%C3%A9fi-premier-roman-je-reprends-le-flambeau.html

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s