les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

L’Oulipo c’est quoi

2 Commentaires


Pourquoi toujours écrire les mêmes textes sur les mêmes formes ?

Pourquoi ne pas se demander si des formes nouvelles, des contraintes inédites, ne pourraient pas faire jaillir de nouvelles façons de jouer avec les mots, de nouvelles façons de raconter le monde et, en fin de compte, de nouvelles façons de le panser et de le transformer ?

Le poète Raymond Queneau et le mathématicien François le Lionnais ont crée l’Oulipo pour cela.

Oulipo signifie « Ouvroir de Littérature Potentielle » : il s’agit donc d’un endroit où l’on travaille à inventer une nouvelle littérature (c’est le sens d’ « ouvroir »), celle qui n’existe pas encore et qui est donc « potententielle »

.Paul Fournel

 

Quelques exemples d’animaux-valises :

 

Le Corboa

Sur un arbre perché

Coassait le CORBOA

S’il ne tenait en son bec un fromage

Maitre Renard par l’odeur alléché

Lui tient à peu près ce langage

Comme vous me semblez beau, bla, bla, bla,

Votre plumage ! bla, bla, bla,

Votre ramage ! bla, bla bla,

Votre voa ! ah !

Le CORBOA, plein de joa

Ouvre son large bec, laisse tomber sa proa

Le renard s’en empare, mais le CORBOA

Glissant de l’arbre, l’attrape par la pette et le broa

La morale de cett’histoire-là, d’cett’histoire-là ?

Méfiez vous, renards des CORBOAs.

Jacques Roubaud

 

Le Scarabeethoven

Le Scarabeethoven

frappe son abdomen

de ses pattes rythmiques.

Ca fait de la musique

pom pom pom pom

pom pom pom pom

tape le scarabeethoven.

Le rythme est pathétique

et l’être à élytres est très triste.

Tous les insectes autour

lui crient : « Moins fort ! »

Mais hélas – qui l’ignore ? –

il est absolument sourd, le scarabeethoven.

Hervé Le Tellier

 

Le cerf les fesses

Contrairement au mouton à grosses fesses

Son cousin

Contrairement au bon coco fesses

Son voisin

Le cerf les fesses est un couard

Toujours inquiet toujours trouillard

Jamais quiet jamais peinard

Il craint pour ses grands bois

Dans les basses branches

Il craint pour ses sabots dans le marigot

Il craint pour son zizi quand il biche

Il craint pour sa panse quand il broute

Avant de manger il goûte

Il chipote il picore il fait sa pécore

Il craint l’épine pour son cuir

Le vent pour ses frisettes

Le froid pour son échine

Il est étroit il est serré

On le reconnaît de dos.

Paul Fournel

 

2 réflexions sur “L’Oulipo c’est quoi

  1. Il y avait quelques temps que je n’avais pas lu ça. Je participais à un à un atelier d’écriture dans lequel l’animateur était un mordu de l’Oulipo. Sais-tu qu’une fois par mois, un jeudi soir de 19 à 20 heures à la BNF les oulipiens se réunissent en quête de bons mots? C’était la semaine dernière d’ailleurs avec le mot « genoux ».

    J'aime

    • Et non, je ne suis pas parisienne mais Lyonnaise,et je vis en Haute Marne . J’aime bien ce style d’exercice et comme je suis en charge d’un défi pour « les Croqueurs de mots » autre atelier d’écriture auquel je participe quelquefois j’ai pensé qu’il serait utile de rappeler les bases de l’Oulipo. Merci de ta lecture.
      avec le sourire

      J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s