les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Quand les poules avaient des dents

4 Commentaires


Défi 112 : Les croqueurs de mots  chez Lenaïg

les croqueurs

J’étais loup, je vivais solitaire ou en meute dans les bois et les montagnes. On m’appelait le brigand, la terreur, la bête monstrueuse. J’étais loup et  je creusais mon terrier dans la neige glacée ; mes petits étaient ainsi à l’abri.

J’étais loup, je chassais le lapin roux ou gris ; quelle importance ? Parfois, les nuits sans lune, je me roulais en boule sans dessus dessous.

j’étais loup, je pénétrais dans les villages avec ma horde de sauvages et nous criions notre rage surtout les soirs d’orages. Les hommes, alors se prosternaient devant moi à chacun de mes passages.

j’étais loup je ne me lavais pas du tout et je refusaisde me brosser les crocs et je n’étais pas tendre ni avec les brebis ni  avec les poules  ; leurs ne me faisaient pas peur !

Mais un jour, la révolte gronda. Je ne saurais préciser quand ; l’ère est longue, la préhistoire n’a pas d’histoire et pas de date. La vieillesse  m’a embarqué. On criait « Au loup, au loup ».

On me surveillait partout ; on me débusquait. De chasseur né, je devins pourchassé. Je commençais par m’éloigner la queue basse.

Puis, sans crier gare, mes poils devinrent soyeux, mes dents se firent moins longues, mes griffes s’usèrent et mon museau se ratatina. Mon regards’adoucit. Enfin, un jour l’homme m’approcha et plus tard, je finis par montrer patte blanche, il fit de moi des exemplaires différents en me mariant avec d’autre loups ou des renards ou que sais-je encore. Il finit par m’apprivoiser me domestiquer complétement pour un peu il me mettrait  une serviette autour de mon cou pour manger. Déjà que certains de mes congénères sont parfumés et portent des rubans. Ah,  je porte aussi un collier tantôt de cuir tantôt de fer parfois de perles. Je dors dans des couvertures molletonnées qui garnissent mon panier ou mon fauteuil. Je m’étire au soleil et me promène au bout d’une laisse ; et là parfois, quand j’ai le museau entre mes pattes manucurées,  j’ai des oiseaux qui chantent dans la tête c’est  l’appel de la forêt qui  se fait entendre.

Alors je me dis que quand les poules auront des dents ….

LOUVE BLANHE

4 réflexions sur “Quand les poules avaient des dents

  1. Bonjour Lilou, grand merci de nous embarquer dans ton histoire d’avant notre ère, terreur, stupeur, grandeur puis décadence à la clé ! Grand loup devenu chien domestiqué n’a pas perdu ses souvenirs des temps anciens ni ses rêves et il se dit que l’histoire est un éternel et passionnant recommencement, d’où la question du défi qui se pose à la fin. Original, bravo ! A bientôt, bises.

    J'aime

  2. De loups à chien de salon, il n’y a que quelques dents de poules….. Très bien vu !

    J'aime

  3. le loup devient toutou et la poule attend…depuis la nuit des temps d’avoir des dents

    J'aime

  4. Tu étais loup, et tu ne nous l’avais jamais dit ? 😉 Très belle participation. 😀
    Je me permets de te taguée, mais tu ne participes que si tu le souhaites. 😀 C’est ici : http://ceriat.wordpress.com/2013/12/08/sisterhood-of-the-world-bloggers-award/

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s