les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Le crime de l’Hôtel Saint Florentin

5 Commentaires


Jean François Parot

Grands détectivesl'hotel st florentin 001

10/18

Octobre 1774 : Nicolas Le Floch, Marquis de Ranreuil est commissaire au Châtelet, charge qui lui a été offerte par Louis XV, alors que tout jeune parisien sous la bienveillance de Gabriel Sartine lieutenant de police, il avait réussi à démêler une histoire complexe mettant en cause la Pompadour.

En avril 1774, Louis XV meurt de la petite vérole (entre autre) et la succession pour Louis XVI n’est pas facile. Il n’a pas le caractère bien trempé de son grand père ; il a changé les ministres et Sartine est maintenant Ministre de la marine ; un certain Le Noir apparaît comme lieutenant de police. Nicolas est perturbé d’autant plus qu’il est relégué à des enquêtes de sous-fifres et semble sous-estimé par Le Noir, certains parlent même de disgrâce.  Il en profite pour mettre de l’ordre dans sa vie familiale.

Nicolas avait friponné avec une demoiselle Antoinette dont elle a eu un fils mais elle lui a caché soigneusement la paternité… Cela ferait désordre, elle est la Satin et désormais, tenancière de maison galante. Mais le jeune marquis de Ranreuil a de l’honneur et dès qu’il a confirmation de sa paternité, il reconnaît le petit Louis, maintenant âgé de quatorze ans, l’inscrit dans un collège et se charge de son éducation. Il est fier de cet enfant ; Antoinette à fort bien élevé, mais  en même temps angoissé comme tous pères pour son avenir. Bien qu’il ne soit plus question d’amour entre lui et la Satin il y a le respect, et une infinie tendresse.

Voilà pour la situation de Nicolas au début de ce roman.

L’intrigue, est simple en apparence mais un crime dans la maison d’un ministre, cela n’est pas courant aussi, Le  Noir dépêche le commissaire Le Floch, à la demande express de Monsieur de la Vrillière, ministre du roi domicilié à l’hôtel saint Florentin.

Le crime est particulièrement odieux, une jeune femme égorgée avec une grande violence et surtout avec un objet qui après moulage se trouve être une main en argent celle là même  que porte Monsieur de la Vrillière (amputé de la main droit) offerte par  Louis XV et  avait faite sur mesure. Or cette main a disparu. Vont suivre d’autres meurtres et Nicolas aura fort à faire avec ses amis pour débrouiller cette pelote de ficelle. Sans rien dire de la fin, comme toujours, l’argent, la jalousie sont à l’honneur.

Si l’intrigue est passionnante je déplore que l’enquête ne démarre véritablement qu’au milieu du livre. Mais, pour les « fou dingues » d’Histoire, il y a des éléments qui éclairent un peu cette période et permet de mieux comprendre  la politique menée entre France et Angleterre sans oublier l’Autriche, dont Marie Antoinette sert d’espionne à Marie Thérèse (sa mère et plus tard de son frère). Et comme elle a un comportement d’enfant gâtée, elle se fait détester par la cour, d’où les nombreuses intrigues et autres guet-apens. Il y a aussi les polémiques religieuses entre les jansénistes et autres dévots. (voir page 241) J’ai aussi retenu les

les conditions d’hygiène et de détention dans les hôpitaux, notamment Bicêtre où se rend Nicolas à la recherche d’un suspect. Bicêtre à la fois prison et hôpital. Ainsi page 278 on peut lire :

[…]Nicolas, le cœur serré, suivit son cicérone qui , d’un ton égal,  lui expliquait les scènes atroces qui se succédaient sous leurs yeux. L’hôpital, qu’ils visitèrent renfermaient les individus infectées de la maladie.*Des rangées de lits entassés dans des salles se multipliaient à l’infini. Il nota que chaque couchette comprenant souvent cinq ou six malheureux stagnant dans leurs excréments. Le plancher était jonché d’êtres hideux dévoilant chancres et plaies et qui rampaient vers les visiteurs en tendant les mains »[…]

* la syphillis.

Il y a les moments chaleureux où l’on parle de l’éducation de Louis Le Floch, où Monsieur De La Borde prépare un somptueux repas, un dîner d’affaire un vrai dîner d’affaire.

Mon avis : Moins attirant que les deux derniers tomes, celui-ci me semble à la croisée de chemins où peut-être l’auteur cherche quel souffle va pousser Nicolas orphelin de LouisXV mais assez admiratif de Louis XVI pour le servir. Et puis les nouvelles responsabilités de père…

Pour diverses raisons, j’ai mis plus de temps à lire ce tome… Le jardin, les rendez-vous médicaux éloignés etc. mais aussi le manque de tonus qui caractérise un enquête policière quand un prologue annonce le crime.

Mais bien sûr ce n’est que mon avis

Attendons le suivant : le sang des farines

le peuple commence à être affamé !

logo-nicolas-le-floch polar chez liliba

5 réflexions sur “Le crime de l’Hôtel Saint Florentin

  1. J’aime ton expression : il avait « friponné » ! 😆 Toujours pas tentée par cette série, j’ai du mal à entrer dedans, alors je prends des livres qui m’attendait !!! 😀

    J'aime

  2. je comprends que l’on accroche pas…D’autant plus qu’il y a certaines inégalités dans les volumes. Le dernier manque un peu de dynamisme… Nicolas commence à s’assagir…
    C’est ça les séries policières… J’ai pas encore fait de billets sur les Fred Vargas mais c’est pareil en a qui plaisent en a qui plaisent moins.
    Je vais revenir aux Claude Izner pas mal du tout beaucoup d’humour ainsi que les Iain Pears en Italie…
    et puis encore Caroline Roé pas encore vu dans les challenges ou lectures communes mais dans les 10/18 il y a rarement du déchet. mais je dois faire fondre ma pal à défaut de fondre moi-même…
    avec le sourire

    J'aime

    • J’ai noté Claude Izner (enfin ce sont deux femmes^^), ce sera un achat de rentrée, pour l’instant j’ai de quoi faire avec ma PAL rebondie ! Et moi je fonds au soleil, la chaleur me coupe l’appétit !!! 😦 Bises 🙂

      J'aime

  3. Pingback: Bilan de juillet : Ma Pal fond «

  4. A relire pour bientôt ! Ton billet va me faire complexer ! J’en garde un bon souvenir et te rejoins sur la petite baisse de régime.

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s