les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Les plumes à thème n° 10 ; nouveau départ

11 Commentaires


 les nouvelles plumes

Les derniers rayons incandescents du soleil dardaient une lumière rouge quand Arthur aborda le dernier virage. Jamais, il n’avait imaginé un retour dans ce coin perdu au milieu des coteaux où se doraient les vignes du Beaujolais. La maison se découpa à l’horizon ; elle lui parut plus petite que dans son souvenir. Les muscles de son ventre se contractèrent, une douleur le traversa de part en part lui coupant le souffle au moment où il gara la voiture.

Le chant des tourterelles, lui arracha un sourire et ses mâchoires crispées depuis le début du voyage se relâchèrent enfin. Il acceptait la rupture. Il le devait il le fallait. Il n’avait pas le choix. Qui a dit qu’on a toujours le choix ? Certainement pas lui…. une rupture c’est une rupture et il ne voulait rien garder de cette vie ratée. Elle était allée vivre un autre amour, un amour vivant, impétueux, celui qui dure toujours lui avait-elle expliqué entre deux larmes de crocodile qui n’avaient pas trempé une demi douzaine de serpillières tout juste un mouchoir en papier très vite délité. Il avait cru qu’avec le temps, elle finirait par l’aimer mais quand l’un aime et l’autre pas autant construire des châteaux de sable.

Elle lui avait laissé le soin de fermer et de mettre l’appartement en vente. Elle filait destination Italie pour trois semaines. Pendant la première semaine, il avait erré de la cuisine au salon, puis du salon à la chambre. Il avait eu du mal à gérer cette solitude puis peu à peu, il avait senti son cœur s’alléger, son humeur maussade et chagrine s’inverser.

Hier, alors qu’il regardait le café qui s’écoulait goute à goutte, un souvenir surgit ; la main noueuse de  sa grand-mère qui  versait lentement   l’eau bouillante sur la poudre odorante  dans la vieille cafetière émaillée bleu ciel ; la poudre s’humectait et dégageait un arôme puissant. Aussitôt sa décision fut prise… sa sœur ne verrait aucun inconvénient à son installation dans la vieille bicoque. Son travail de graphiste, illustrateur d’album ou BD, lui permettait de résider où bon lui semblait. Il avait remplit une valise et trois cartons…Sa vie tenait là dans un mètre carré, dans le coffre de sa voiture.

La poussière et l’odeur de renfermé le fit tousser et éternuer dès qu’il pénétra dans la maison vide depuis longtemps. Mamie était décédée, une nuit sans souffrir. Dès que ses yeux se furent habitués à l’obscurité, son regard se posa sur les deux immenses pièces du rez-de-chaussée et d’un coup se rua dans les escaliers en pierre qui menaient aux chambres. Le deuxième sourire de la soirée s’accrocha à ses  lèvres quand il vit que l’édredon de Mamie était étalé sur le lit mais dans quel état… Il ferma les yeux et s’assit sur la première marche. Les images défilèrent, douces, tendres ou coquines.

Il gambadait avec sa petite sœur dans les prés et au milieu des vignes, ses culottes courtes, laissant les ronces griffer ses cuisses marbrées par la fraicheur matinale,  la chienne Euphorie sur leurs talons.

Il goûtait les tartines de beurre recouvertes de copeaux de chocolat que Mamie râpait avec l’épluche-légume. Il courait, il battait en retraite dans le pigeonnier afin d’échapper au balai de genêts que Mamie brandissait parce qu’il était en retard ; il avait traîné trop longtemps près de l’étang pour attraper des grenouilles. Il dansait à la fête du village quand la liesse l’entraînait au milieu des lampions et des rubans multicolore voletant à tous les vents.

Arthur se releva, il débarrassa sa voiture en quelques trajets. Pour cette nuit, il irait dormir à l’hôtel et demain…

Les mots d’Asphodèle :

retour, euphorie, liesse, valise, chant, solitude, larme, immortel, mouchoir, voyage, destination, horizon, retard, trajet, rupture, retraite, rater et incandescent, impétueux, inverser.

11 réflexions sur “Les plumes à thème n° 10 ; nouveau départ

  1. De beaux souvenirs Lilou et de la tendresse !!! 😉 Très bien écrit !
    Il n’y avait pas de chicorée dans le café de la grand-mère ???^^

    J'aime

  2. Sûrement qu’il y avait quelques grains de chicorée dans le café de Mémé !
    Des souvenirs du Beaujolais, Lilou, comme c’est bon. Mais Arthur ne craint-il pas trop la nostalgie de son bonheur d’enfant dans sa nouvelle solitude ?
    Et toi, comment ça va ?
    Bon we et gros bisous de Yon

    J'aime

  3. non pas de chicorée car Grand-Mère sait faire un bon café…
    Merci de ta visite et je vais faire mon tour… Il fait tellement chaud …que je reste à l’intérieur. On a la fièvre 38° hier et cette nuit 25°… Vive la clim.
    avec le sourire

    J'aime

  4. Ah les souvenirs quand ils nous tiennent !
    En cherchant bien, la bouteille de gnôle elle va bien réapparaitre. (joke) . 😳

    J'aime

  5. Le passé comme baume du présent… ça peut marcher. C’est aussi une manière de commencer une nouvelle vie à partir des solides fondations de celle passée !

    J'aime

  6. quel douceur dans ton texte Lilou…………..

    J'aime

  7. Mon fils se nomme Arthur aussi je n’ai pu m’empêcher de regarder le tien avec son visage…ce qui me l’a rendu éminemment sympathique. Le retour dans la maison qui a bercé l’enfance est un grand classique de la littérature et donne toujours lieu a de belles et douces évocations. Café ou madeleine, même plaisir!

    J'aime

  8. Que de souvenirs dans ce texte qui m’ont un peu rappeler les miens : les copeaux de chocolat sur une tartine, la douceur d’une grand-mère…
    Beaucoup de nostalgie…

    J'aime

  9. J’ ai connu aussi les copeaux de chocolat sur les tartines !!!
    Tendresse, quand tu nous tiens …

    J'aime

  10. c’est bon
    J’en ai les larmes aux yeux

    J'aime

  11. Beaucoup de mélancolie dans les souvenirs

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s