les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Les falaises d’Ischia

5 Commentaires


Solange Fasquelle

prix RTL grand public        les falaises d'Ischia

1977 – Albin Michel

collection en livrre de poche 1996

Voilà un roman qui se situe à deux époques… Un prologue selon l’appellation de l’auteur qui se déroule dans les années 1944/45 puis trois autres parties dix ans après.

C’est l’histoire d’une vengeance ; une vengeance provoquée par une douleur insoutenable pour une enfant de douze ans qui voit son père torturé et battu à mort par des miliciens.

Pentecôte 1944 : Jean Fontaine pharmacien à Larsans petit village proche de Châteauroux, est emmené par trois miliciens au petit matin et le laisseront mort dans une clairière. Marion, assistera à cette scène atroce.

L’orpheline trouvera en l’ami de son père Georges, le maire du village de l’aide, du soutien et même sera son tuteur. Il jurera vengeance pour son ami. Confiante, Marion se construira à partir de ce serment.

Dans un premier temps, un des coupables, identifié grâce à l’aide d’une jeune femme de Châteauroux, Marie Claire qui épousera Georges par la suite, fera les frais de cette fureur vengeresse. Un autre, le chef de groupe, responsable de l’horreur, celui qui tenant le couteau,  sera poursuivi et remis aux autorités de la libération. Et voilà le grain de sable…. Il ne sera condamné qu’à une peine de prison, nettement insuffisante pour la courageuse Marion …le dernier bien qu’identifié ne sera pas retrouvé du moins pas de suite.

Dix ans après, Marion, jeune femme libre, vit à Paris et ayant fait HEC, elle trouve du travail dans une banque importante. Elle vit entourée d’amis mais n’a jamais oublier sa vengeance.

Les temps ont changé… Et les compagnons de Jean Fontaine ne peuvent plus aider Marion et c’est seule qu’elle va devoir assouvir sa vengeance. C’est sans compter les sentiments…L’amour viendra là où elle ne l’attendait pas et que fera-t-elle alors ?

C’est un roman poignant par la force, par le courage de cette gamine et par la volonté qu’elle développe. C’est parfois violent mais cette guerre n’était pas le monde que l’on appelle maintenant celui des Bisounours. Longtemps après, les miliciens et les résistants ont réglé leurs comptes.

Le livre est bâti autour de Marion, petite fille qui se construit avec des souvenirs ; on suit l’évolution de sa pensée, de ses sentiments sont développés à l’extrême. Il faut vraiment suivre son cheminement pour comprendre le dénouement même si, pour moi qui suis très rationnelle, j’eusse souhaité qu’il fut écrit.

J’ai redécouvert ce livre, et la relecture m’a tout autant plu. L’écriture est fluide, simple et l’on pardonne quelques anachronismes.

Pour moi, il mérite un détour mais comme toujours, ce n’est que mon avis.

C’est le seul de Solange Fasquelle que j’ai lu mais peut-être qu’en lirai d’autres.

 

Quelques mots sur l’auteur : Après avoir travaillé dans le milieu bancaire, elle se dirigea vers le tourisme puis s’est occupée de la revue littéraire « Le cahiers des saisons », et fut lectrices des dramatiques à la télévision.

Elle a écrit près de vingt cinq romans, trois pièces de théâtre et des nouvelles. Elle fut lauréate de plusieurs prix littéraire dont le grand prix RTL. Solange Fasquelle est présidente du Jury du Prix Cazes.
Elle fait partie du Jury du Prix Louise-Labé et Alexandre Dumas. Elle est aussi membre du jury du prix Fémina.

 

logo 180010040_p a-tous-prix

5 réflexions sur “Les falaises d’Ischia

  1. Houlala je l’ai lu il y a longtemps, je ne sais même plus si j’avais aimé, il me semble que oui vu que je me rappelle du titre et ton beau billet a fait resurgir des souvenirs, à relire !!! 😀 Mais quand ???

    J'aime

  2. Merci pour cette présentation qui donne envie, je crois que je vais me laisser faire…

    J'aime

  3. Je viens d’achever la lecture de ce roman. La fin est exaltante est pourtant nous n’avons pas là un roman policier. Le thème principal du pardon est pour moi primordial. Peut-on ou surtout doit-on pardonner les actes commis à une autre époque, celle-ci révolue ? Est-ce que la punition provenant d’autrui est elle forcément nécessaire et obligatoire ? Notre châtiment personnel à travers nos pensées morfondantes n’est il pas à considérer ?

    J'aime

    • Oui c’est une livre que j’avais déjà lu mais à la relecture il m’est apparu plus de profondeur. Certes la fin est exaltante et chacun imagine ce qui veut. Oui le pardon est important mais pa toujours facile… Qui paie le pris le plus fort ?
      bonne journée
      avec le sourire

      J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s