les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Meurtre au champagne

Poster un commentaire


Agatha Christie

1947 -traduit par Michel le Houbie

collection le club des masques

Originale l’idée de fêter l’anniversaire de la mort de son épouse… C’est pourtant ce que fait Sir George Barton veuf de Rosemary Marle-Barton. Celle-ci s’est suicidée un an plus tôt alors que l’on fêtait son anniversaire. Plusieurs hypothèse viennent étayer la thèse du suicide : la jeune Lady Barton était déprimée, victime des séquelles d’une maladie pourtant bénigne l’Influenza, en fait un simple rhume… ou bien, jeune femme frivole, belle à faire damner les saints, elle avait plusieurs amants et se trouvait bien empêtrer dans ses histoires ou  encore chantage.

Et si elle avait plus prosaïquement été assassinée… c’est sur cette idée que George donne ce dîner au même restaurant avec les mêmes invités à la même table.. Il pense faire jaillir la vérité, démasquer le coupable mais la sort en décida autrement. Après porté un toast à la mémoire de son épouse et but, une coupe de champagne, il s’écroule lui aussi empoisonné.

Alors tout recommence-t-il ?

Iris Marle réfléchit à la mort de sa sœur. Pourquoi tout d’abord avait-elle épousé Sir George alors qu’elle ne l’aimait pas, elle le trompait ? Pour son argent ? Surement pas, elle-même était très riche… Pourquoi avant sa mort avait-elle fait son testament.

Il y a beaucoup de personnages dans cette intrigue qui va trouver des ramifications bien mystérieuses. Mais les crimes ont tous les mêmes origines : l’amour et son corollaire la jalousie ou l’argent et son partenaire le pouvoir.

Le  colonel Race,  autre policier récurrent,  aura beaucoup de  difficultés à débrouiller cet écheveau de fils. Il trouvera une aide inattendue et le dénouement sera comme souvent surprenant et à la fois source d’une nouvelle orientation de vie des héros.

Encore une fois, Agatha Christie nous livre un roman dont les héroïnes endossent tous les caractères féminins leurs qualités et leur défaut. Elle ne se prive pas de les d’égratigner. Rosemary est la parfaite femme frivole et stupide.  Belle à couper le souffle, elle passe sa vie en soirée, se levant tard etc. La vie inutile et futile ; quand on a de l’argent c’est facile…. Iris sa jeune sœur, celle qui a été sacrifiée, la tante pauvre qui crève de jalousie sous des apparences douces, la secrétaire efficace qui sait se rendre indispensable, amoureuse du patron…

Les hommes ne sont pas épargnés ; soit ils sont faibles et insignifiants soit ils sont fiers voire suffisants envers leurs épouses ou amies. Il faut aussi se souvenir qu’Agatha Christie était divorcée, divorce qui avait été très douloureux.

C’est l’un des romans, les plus fouillés de l’auteur, construit différemment ; on apprend par les réflexions des personnages les éléments et les indices du drame. Beaucoup de fausses pistes et  une peinture d’un monde de la bourgeoisie avec une pointe d’acidité. Un vrai plaisir à lire ou à relire. Un roman où Poirot et miss Marple ses enquêteurs préférés sont absents.

Et comme toujours, ce n’est que mon avis, le partagerez vous.

challange-agatha-christie   chez George

polar chez liliba chez Liliba

80010040_pchez Enna

keep-calm-and-read le mois Anglais

lecture commune chez Syl

 

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s