les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Un étranger dans le miroir

5 Commentaires


Anne Perry

traduction de Roxane Azimi

collection Grands Détectives 10/18

 Anne perry étranger dans le miroir

Londres milieu du XIXème siècle, époque victorienne.

« Lorsqu’il ouvrit les yeux, il ne vit qu’une vague grisaille au-dessus de lui, uniforme comme un ciel d’hiver, lourde et menaçante. Il cligna des paupière et regarda de nouveau. Il était couché sur le dos : la grisaille était celle d’un plafond, noir de crasse et de fumée. »
Ainsi commence « l’étranger dans le miroir… Un homme se réveille dans un lit d’hôpital. Il ne sait plus som nom, ni ce qu’il faisait, et encore moins ce qui lui est arrivé. Il ne reconnaît personne et semble n’avoir aucune famille. Un soignant lui laisse entendre qu’il aurait affaire avec la police.
L’homme sera identifié par le chef de police, son supérieur comme William Monk, enquêteur et victime d’un accident. Il a été renversé par un cab qui roulait à toute allure.
Pour Monk,  se remettre de ses six semaines d’amnésie n’est pas facile mais  rentré chez lui, il trouve une lettre de sa sœur…Aucun souvenir mais il décide d’aller passer, chez elle, bien qu’il n’en ait aucun souvenir, quelques jours de repos. A son retour, son amnésie n’a pas lâchée et il va  mentir pour reprendre son travail aidé par un jeune agent qui se doute de la déficience de son chef. Il s’aperçoit alors qu’il a l’art de susciter l’animosité voire l’hostilité auprès de ses connaissances, amis ou ennemis, et  surtout auprès de son chef un certain Runcorn ; la  réciprocité n’arrangera pas la situation complexe.
C’est dans cette atmosphère brumeuse qu’il va enquête sur une affaire le  ramenant avant son accident. Sous la carapace rugueuse qu’il se forge pour se protège, on découvre  un petit cœur d’artichaut mais aussi charisme et  ténacité pour  découvrir la vérité ;  il se livre à des joutes verbales avec un plaisir agacé à qui lui tient tête ; à l’exemple d’une jeune femme, infirmière qui revient de Crimée, dont le père s’est suicidé. Hester ne s’en laisse pas conter et percera très vite son secret.
Le texte est vif, on ne s’ennuie jamais et les incursions dans la vie londonienne aussi bien chez les nobles que dans les bas fonds viennent en contre point d’un récit passionnant.
Le héros Monk est un homme intègre, avec beaucoup de charisme, tenace dans son enquête… et gageons que même s’il ne se reconnait pas dans un miroir, il est très beau !

Commentaires de la Quatrième de couverture : « Grâces à d’agiles jeu de passe-passe, Anne Perry ménage les rebondissements en invitant le lecteur à découvrir le passé et l’histoire d’un fier représentant de l’ordre britannique. »

J’ai lu cette série il y a longtemps mais je la reprends avec bonheur pour les challenges :
Anne Perry chez George

Thriller et Polars chez Liliba

Petit bac chez Enna80010040_ppolar chez lilibaanne perry

5 réflexions sur “Un étranger dans le miroir

  1. Hé bien tu vois ce n’est pas mon préféré, je dirais même heureusement que j’ai lu le tome 2 « Un deuil dangereux » pour me faire persévérer ! Depuis je trouve que les Monk sont bien plus étayés que les Pitt mais j’aime les deux !!! 🙂

    J'aime

  2. Lien noté ! et bien contente que tu sois dans le fan club !

    J'aime

  3. Pingback: Le challenge Anne Perry | Thé, lectures et macarons

  4. Je commencerai un de ces jours la série, j’ai le premier dans ma PAL déjà 😀
    bisous Lilou

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s