les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Marianne

4 Commentaires


Une petite nouvelle George Sand

(113 pages)   1875

L’histoire est simple ; un homme la quarantaine qui a bien vécu revient auprès de sa mère dans son village natal. Une jeune femme, vingt cinq ans, célibataire avec un peu de biens attise quelques convoitise mais elle refuse de se marier au grand dam de prétendant pas tous bien intentionné.

Mais voilà Cupidon n’en fait qu’a sa tête car l’homme Pierre est amoureux de Marianne dont elle est par ailleurs la filleule ; ils se connaissent donc très bien. Mais les aventures de Pierre ont creusé un sillon entre les deux êtres. En son absence, Marianne a pris soin de la mère de Pierre et ont une certaine complicité.

Vous avez devinez Pierre aime Marianne qui aime Pierre mais ne veulent pas se le dire. Et voilà qu’un ami éloigné de la famille de Marianne le charge de la convaincre d’épouser son fils, un artiste peintre. Alors Pierre ne sait que faire ! Accepter le marché ou refuser en pensant faire le bien de sa filleule. Et maman dans tout cela qu’en pense t-elle.

L’arrivé du peintre parisien en question très intrépide et entreprenant va dénouer l’histoire ; Marianne démontrant qu’elle est bien plus malicieuse qu’on ne le suppose.

Histoire d’amour à l’eau de rose, on peur le penser sauf que c’est George Sand qui tient la plume que cela fait toute la différence. On a plutôt ici une étude de caractère pour montrer que les femmes ont leur libre arbitre et qu’en matière de mariage elles ont leur mot à dire.

Je ne ferai pas l’affront de présenter George Sand à des lecteurs et lectrices qui connaissent l’écrivain sur le bout des doigts mais je rappelle qu’elle a été un pionnière des droits de la femme, qu’elle a menée une vie libre. Elle a prit des positions précises en vie politique et a beaucoup défendu une éducation et une scolarisation des petites filles.

Le style peut paraître désuet et un peu ennuyeux ; moi je le trouve  charmant. C’était la manière d’écrire de l’époque du romantique. Il y a une grande richesse grammairienne et de vocabulaire.

Enfin j’ai choisi cette œuvre qu’elle a écrit à la fin de sa vie (quelques mois avant son décès) qui montre qu’elle n’avait rien perdu de sa verve et de son militantisme pour les valeurs de la condition féminine.

En  général vendue avec d’autres nouvelles dans des gros bouquin de collection, je l’ai trouvé dans la

collection collège /LP

Classiques et contemporains

Magnardlogo romantisme

Avec une aide pour les jeunes élèves.

challenge-george-sand                80010040_p

4 réflexions sur “Marianne

  1. Je ne connais pas mais c’est noté !!!

    J'aime

  2. Je me demandais où j’étais tu as changé ton blog 😀
    Tu te rends compte que je n’ai encore jamais George Sand 🙄 Il faut absolument que je la lise quand même…
    bon dimanche Lilou 😀 bises

    J'aime

  3. J’adore cette phrase : « Histoire d’amour à l’eau de rose, on peut le penser sauf que c’est George Sand qui tient la plume et que cela fait toute la différence. »… parce que c’est tellement vrai! L’histoire paraît légère mais elle porte les idées de Sand sur les femmes et de plus celle-ci est un excellent peintre des caractères. Il y a aussi un petit air de marivaudage dans ce roman avec ce que cela suppose de finesse et d’humour.
    Merci pour ta participation au challenge romantique et à bientôt pour Chopin et Sand ou autres billets.

    J'aime

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s