les coins de Lilou

l'écriture est la seule forme parfaite du temps. Le Cléziot

Au fil de l’eau

Poster un commentaire


Lundi 11 juin
Nous vous proposons un sujet libre, inspiré (ou non) de cette photographie.
Laissez glisla barque rouge éser votre plume au fil de l’eau
 
      J’errais depuis des heures dans les salles du musée, lequel ? Je ne sais plus. Je découvrais les plus belles toiles impressionnistes. Il y avait là les Renoir dont les jeunes filles au piano, tiens très bizarre c’était une esquisse à la sanguine*, les canotiers, les beaux mâles dont s’est peut-être inspiré Jean Paul Gaultier pour ses flacons de parfum. On voyait aussi l’univers de Degas ; les petits rats en tutu de mousseline et des chaussons de satin aussi rose que leurs visages inondés de bonheur.

Plus loin je me délectais des Manet, la jeune fille au bouquet de violettes, puis le modèle lui-même, Berthe Morisot si maternelle dans ses choix artiste qui travaille jusqu’à la perfection et tant d’autres, Cézanne, Pissarro sans oublier la délicatesse de Sisley.

Mais voilà le génie de l’impressionnisme : je balade enfin au milieu des nymphéas, mon regard glisse sous le pont japonais pour un peu je me baignerai dans ce petit lac ; plus loin ce petit champ de coquelicot me donne envie de me rouler dans l’herbe fraîche. Et les couchers de soleil, les couleurs travaillées jusqu’à l’extrême et la lumière qui émerge de la toile sous chaque coup de pinceau.

Et là parmi toutes ces œuvres connues et reconnues du maître, il y a là, ce petit tableau, une petite toile fraîche et magnifique : des verts, de l’olivier au sapin, du jade à l’émeraude qui se jouent de l’ombre car au loin un tout petit rectangle de lumière emmène notre regard à travers les feuillages des arbres vers la blancheur. Une eau pure et lisse où Narcisse lui-même se perdrait son âme accueille une petite île de graviers dont les ocres viennent jouer le contrepoint du paysage. Et tout là bas au bord d’une rive calme, une petite barque rouge se balance dans l’onde bleutée et nous invite au rêve.

Monsieur Monet que n’avez-vous peint cette toile !

jeudi 14 juin 2012

*Cette toile est exposée au musée de l’Ermitage à Saint Pétersbourg.

Votre petit mot en passant

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s